Chapitre 009 Rencontre au jardin

Nouvelle
mercredi 20 avril 2005
par  Benoît
popularité : 5%

Samuel Finelame errait dans le jardin, l’air contrarié. Il regardait sa baguette de sorcier et fronçait les sourcils en avançant dans les allées du vaste parc du château. Il essayait de comprendre comment elle avait bien pu se retrouver sous son lit dans l’infirmerie pendant la nuit.
Son errance fit qu’il s’approcha de deux élèves qu’il ne connaissait pas encore sans vraiment les voir, plongé dans ses réflexions.
La fille avait la peau pâle et les cheveux violets à la manière des dryades. L’autre était un petit garçon, vraisemblablement en première année, la peau mat et les cheveux foncés, enveloppé dans une cape de sorcier. Ils étaient plongés dans une grande discussion.
Le garçon aperçut Sam et leva la tête pour l’interpeller quand une autre fille qui venait de la volière avec un faucon pèlerin sur l’épaule. Elle se préparait sans doute à aller le faire voler dans la forêt quand elle découvrit le trio de jeunes gens. Elle décida de s’approcher d’eux, puis se ravisa. Elle se pencha plutôt à l’oreille de son faucon pour lui murmurer quelques mots et le lança en avant. L’animal décolla en vitesse de son bras et vint se poser violemment sur la tête blonde de Samuel, avant de commencer à picorer ses cheveux.

« Aïe ! Elle est folle cette bête ! Laisse-moi tranquille ! » s’exclama Samuel en se débattant pour chasser le faucon de sa tête.

Les coups de becs étaient douloureux mais le rapace s’accrochait vigoureusement aux cheveux. Il battait des ailes et Sam n’arrivait pas à l’attraper.

Décidément, ce n’était pas son jour !

La propriétaire de l’oiseau fut secouée d’un petit rire silencieux. Puis, elle siffla une courte nota et rappela son faucon.

« Cyanure ! Reviens-là ! »

L’oiseau s’arracha de la tête de Samuel et vint se poser délicatement sur l’épaule de sa maîtresse, qui s’avança vers le groupe.

« Excuse-le, il est un peu indiscipliné... » fit-elle en caressant la tête du volatile.

« Un peu indiscipliné ? » s’étonna Samuel en frottant son crâne douloureux tandis que s’en écoulaient quelques gouttes de sang vermeille au milieu de ses cheveux blonds en bataille.

« J’ai toujours pensé qu’il faudrait interdire tout ces animaux dangereux au sein de l’école... Cette tradition d’autoriser n’importe quoi finira par un véritable accident... » songea Sam en s’avançant vers la jeune fille au rapace.

Qui était-elle, celle-là ? Samuel ne l’avait encore jamais vue dans l’école, à aucun cours auquel il avait assisté. Elle avait un air déterminé, entêté, presque... sauvage.

« À mon avis, il ne vaut mieux pas trop la contrarier, cette fille... » se dit Sam.

« Bonjour, dit-il en tendant - prudemment - la main à la jeune fille, gardant un œil sur le volatile. Je suis Samuel Finelame, un nouveau, en cinquième année, à Liwi. Je, je... Je me promenais. »

Il n’avait pas la moindre envie de raconter tous ses soucis à cette fille un peu bizarre...

Abi cilla légèrement quand Samuel lui tendit la main. Elle eut quelques secondes d’hésitation, puis la serra avec un sourire en coin.

« Enchantée de te ren... de te parler... Abigaël Halevy, cinquième année également. Koquepom. Dis-moi, ça fait longtemps que tu es ici ? »
« Mais pourquoi elle me regarde comme ça, se disait Samuel en constatant, un peu gêné, qu’Abigaël le dévisageait avec un air un peu effrayant. Elle veut sortir avec moi ou quoi ? »

Le garçon aurait bien aimé s’intéresser un peu plus au physique de la jeune fille mais il avait bien trop peur de se faire surprendre par le rapace et il fixait l’oiseau, prêt à esquiver une nouvelle attaque.

« Décidément, fit-il, tout le monde ici a un animal capable de vous dévorer tout cru... Si j’avais su, j’aurais échangé mon lapin contre un rhinocéros ! »
« ... Espérons qu’une petite plaisanterie détendra l’atmosphère... »

Abigaël continuait à caresser machinalement Cyanure, tout en fixant un regard étrange sur Samuel. Au bout d’un moment, le volatile en eut assez et décolla de l’épaule de sa maîtresse dans un battement d’ailes. Il alla atterrir directement sur la tête de l’autre garçon et recommença le même manège qu’avec Samuel se remettant à picorer joyeusement le crâne brun du petit sorcier, qui se débattait pour tenter de faire partir le faucon en donnant frénétiquement des coups de poing au dessus de sa tête.

« Arrête saleté ! » s’exclamait-il.

Abi siffla légèrement et le faucon cessa aussitôt son manège, pour venir se poser sur le poignet de sa maîtresse.

« Cyanure n’est pas du genre à manger les gens tout crus. Il laisse ce soin à d’autres... personnes... Il a simplement envie de jouer un peu. Et il adore embêter les gens qui ont peur de lui. »

« D’accord, fit Samuel. Il suffit de lui montrer que je n’ai pas peur de lui alors. »

Il inspira un grand coup.

« Voilà qui est réglé. Après tout, j’ai déjà affronté de plus grands dangers qu’un petit faucon de rien du tout... »

Sam se demandait si elle allait le croire. La plupart des jeunes sorciers de cette école devaient raconter des tas d’histoires dont l’essentiel n’était qu’un ramassis de sornettes.

« Bah, se dit-il en haussant les épaules, qu’elle pense ce qu’elle veut, après tout ! »

Maintenant que l’oiseau s’était un peu calmé, Samuel en profita pour dévisager un peu plus la jeune fille.
Rousse, le teint pâle, les yeux clairs, elle avait des traits fins assez agréables à regarder. Elle portait une robe de sorcière assez élégante, mettant en valeur sa petite taille. Il remarqua qu’elle avait les ongles particulièrement longs et pourtant un peu abîmés, révélant qu’elle n’était pas aussi sage que son apparence pouvait le laisser soupçonner.
Sans même jeter un coup d’oeil à Samuel, Abi lança :

« Qu’est-ce que tu as à me regarder comme ça ? Je t’intrigue peut-être ? »
« Euh... Un peu. Tu es différente des autres élèves que j’ai rencontrés jusqu’à présent. Enfin, je veux dire... ils sont tous différents... »

Le garçon avait l’air un peu embêté.

« Et qu’est-ce que tu fais dans le jardin, à part ça ? » demanda-t-il, pour changer de sujet.

L’autre fille, constatant que Samuel et Abigaël ne leur parlaient pas, elle regarda son ami avec interrogation avant de s’adresser au deux autres autres :

« Heu... Excusez-moi, voici Albéric et je m’appelle Ce’Nedra... Je ne vous ai jamais vu, j’aimerais bien faire votre connaissance. »

Ce’Nedra tenta un sourire timide, elle se souvenait vaguement de la jeune fille qu’elle avait aperçu au cours d’histoire de la magie en pleine air, quelques jours auparavant.
Sam regarda en direction de Ce’Nedra et Albéric.

« Tu venais voir ces élèves-là, peut-être ? murmura-t-il à Abi. Je ne les connais pas... »

Il haussa les épaules.

« Je ne connais pas grand monde de toute façon... »
« Tu sais, je pense que tu peux t’adresser à eux directement pour leur parler. Ils sont peut être stupides, mais pas sourds, et je pense qu’ils entendent parfaitement bien ce que tu dis... »

Elle ajouta, en se tournant vers les deux avec un sourire immense :

« N’est-ce pas ? »

En rougissant, Samuel s’avança vers les deux autres pour les saluer et se présenter.

« Je m’appelle Samuel, Samuel Finelame. Je suis le frère de Kaede Yoshiko, vous la connaissez peut-être ? »


En cours d’écriture


Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur

Brèves

30 juin 2006 - Vaut-il mieux être jacinthe ou cactus ?

Vaut-il mieux être jacinthe ou cactus ?
Vaut-il mieux être jacinthe ou cactus ? Certains vous (...)