Chapitre 002 La Maison Liwi

Nouvelle
mardi 19 avril 2005
par  Benoît
popularité : 91%

La porte de la salle commune de Liwi s’ouvre en grinçant doucement. Un son qui agace toujours les 1ères années mais auquel on finit par s’attacher et qui finit par symboliser le sentiment de sécurité qu’on ressent quand on rentre ici. L’école et ses problèmes s’efface pour laisser place à la tranquillité des lieux.
Samuel Finelam sourit en reconnaissant ce bruit familier.

« Voilà bien longtemps que je n’avais pas entendu ce grincement » songea-t-il en poussant la porte du pied pour se frayer un passage avec ses innombrables bagages.

La salle commune de Liwi était immense et Sam la redécouvrait avec émerveillement. Les larges poutres du plafond se croisaient comme des branches d’arbres et la tapisserie formait un feuillage vert et touffu qui donnait l’impression de pénétrer dans une jungle. Les murmures des élèves tapis dans les coins ou travaillant leurs devoirs accentuaient cette impression d’immersion dans un lieu sauvage et fascinant.
Avec un ouf de soulagement, Samuel laissa tomber ses paquets sur le parquet. Il transpirait abondamment après avoir apporté ses affaires depuis la gare.
Sur la table, devant lui, il reconnu le grand bocal qui contenait tous ces Chocogrenouilles. Des friandises qui le faisait saliver quand il était petit garçon. Cela faisait des années qu’il n’en avait pas mangées... Après tout, il était de retour à Liwi...

Samuel Finelame s’approcha de la vaste table de la salle et puisa dans le bocal une petite Chocogrenouille qui déballa avec des yeux d’enfant, plein d’envie et de gourmandise.

« Kwôa ! » fit la grenouille.
« Après tout, ce retour à Beauxbâtons ne s’annonce pas si mal » se dit Sam en gobant la grenouille.

Kaede entra à la suite de son frère dans la grande salle. Elle déposa les paquets qu’elle portait sur une table.

« Sam, tu n’es pas la pour te gaver de chocogrenouilles ! va plutôt ranger tes affaires et voir le directeur ! Tu te souviens encore où est le dortoir des garçons, j’espère ! » ajouta-t-elle en se ironisant.

Samuel hésita un peu.

« Le dortoir des garçons ? Aucune idée... C’est vraiment le genre de détail insignifiant dont je ne me souviens jamais... pensa le nouvel élève en regardant sa jeune sœur, prête à se moquer de lui. Bon, puisque c’est comme ça je n’ai qu’à monter l’un des deux escaliers au hasard, on verra bien si je me trompe ou pas... »

Et d’un air décidé et très sûr de lui, Sam commence à monter le large escalier de droite.

Kaede eut un petit rire quand elle vit son frère s’avancer d’un pas assuré vers le dortoir des filles.

« Aie aie aie ! se dit-elle. Il va y avoir du raffut, les copines ne vont pas apprécier ! »

Quelques instants plus tard, Samuel Finelame redescend l’escalier, un peu embêté. Il tente de conserver un air digne et passe devant Kaede comme si de rien n’était pour aller vers l’escalier de gauche.

« Bin quoi, fit-il en haussant les épaules. Je vérifiais simplement que rien n’avait changé. »

Et sans attendre les rires moqueurs de sa sœur, Sam grimpa les marches qui le conduisaient là où elle n’était pas censée le suivre. Kaede luttait avec peine pour ne pas éclater de rire et se laissa tomber dans un fauteuil en attendant que son frère ait fini de s’installer.

Le dortoir des garçon était un joyeux bazar Samuel se dit en déposant ses paquets que le Préfet ne devait pas prendre son rôle très à cœur...
L’endroit était assez sombre, les rideaux étaient tirés. Comme il ne semblait y avoir personne ici, le nouvel élève décida de ne pas s’attarder à déballer ses affaires maintenant. De toute manière il devait aller voir le directeur. Et Kaede avait certainement des tas de choses à lui raconter.
Sans attendre, Sam dévala les escaliers pour retourner dans la salle commune.

« Éh bien, tu as fait vite. Je parie que tu as tout jeté sur ton lit sans rien ranger ! » dit-elle en souriant.
« Bah ! fit Sam eu haussant les épaules. Quelle importance ? J’aurais tout le temps de ranger plus tard... Alors comment ça va, l’école, pour toi ? Je parie que tu les fais tous tourner en bourrique ! »

Samuel s’approche de sa petite sœur pour commencer à la taquiner à son tour...

« Oui, un peu... avoua-t-elle, nonchalante. Kulgan me rabâche dans ses lettres qu’il faut que je poursuive mon entraînement... Sinon, j’ai fait un duel a l’épée avec Nérévar, mais on a été interrompus pas des Mangemorts qui avaient suivi mon faucon... »

Elle racontait tout cela comme si c’était parfaitement banal.

« Un duel ? s’étonna son frère. J’espère que tu as bien montré qu’on sait se battre, dans la famille ! Mais évite de sortir la botte secrète que nous a enseigné père, elle ne doit servir qu’en cas d’extrême nécessité. Euh... qui est Nérévar ? Un élève ?... Et tu as vu des Mangemorts, tu dis ? Ici, à l’école ? Et Kulgan qui disait qu’on serait plus en sécurité à Beauxbâtons que partout ailleurs... »
« Ça va, ne t’emballe pas, il n’y a rien eu et on leur a réglé leur compte ! Et oui, Nérévar est un élève, et un de mes amis. »

Kaede soupira.

« Raconte-moi tout en détails, à propos de ces Mangemorts ! fit Sam, l’air très intéressé. Ou plus plutôt non, il faut que je file voir le directeur avant ça. Mais on en reparlera. Tout ce qu’on peut apprendre au sujet de ces assassins est bon à prendre, Kaede. Et soit prudente. »

Kaede fit la moue.

« Oui, bon, si tu le dis... »

Samuel Finelame s’apprêta à sortir de Liwi pour aller chez le directeur de l’école quand un homme, visiblement un professeur, entra dans la salle commune, une pipe à la main ainsi qu’une tasse de café fumante. Il s’assit dans un des fauteuil moelleux, sortit un parchemin et une plume avant de les poser sur la table basse, devant lui.
D’une voix calme, il annonça :

« Voilà, comme certains d’entre vous doivent être au courant, Chaque maisons va avoir sa propre équipe de Quidditch. Comme nous sommes la meilleure maison, il est normal que nous ayons la meilleure équipe de Quidditch. C’est pourquoi je vais m’occuper de composer la nouvelle équipe. Chaque élève qui veut intégrer l’équipe de Quidditch marquera son nom sur ce parchemin. »

Satisfait de son petit discours, le professeur s’enfonça dans son fauteuil et resta là à savourer sa pipe et son café.

Sam, qui allait sortir de la salle commune pour aller se présenter au directeur, avait entendu l’annonce du professeur. Il freina immédiatement et fit demi-tour.

« Quoi ? Vous cherchez des volontaires pour l’équipe de Quidditch ? Euh... Je sais que je suis nouveau, mais je me débrouille avec un balai... et j’aimerais beaucoup participer. Je peux ? »

Le jeune garçon regardait le professeur avec des yeux plein d’envie. Celui-ci regarda le nouveau, comme pour le sonder.

« Bien sûr que tu peux, mon garçon, du moins tu peux t’inscrire sur cette liste. »

Il lui tendit la plume.

« Écris ton nom sur le parchemin. »

À cet instant une autre élève s’approcha de la table basse.

Elle demanda d’une voix douce :

« Puis-je aussi marquer mon nom ? »

Le professeur sourit et offrit la plume à la demoiselle.

« Mais je vous en pris Mademoiselle Lunenoir... Je suis d’avance désolé jeunes gens, mais je dois vous avertir : je ne pourrais pas sélectionner tout le monde. Je vous donnerai la composition définitive de l’équipe plus tard. »

La jeune fille prit la plume et inscrit son nom sur le parchemin : « Lunenoir ».
Ravi, Sam prit la plume après elle et inscrit à son tour son nom sur le parchemin : « Samuel Finelame ». Puis il considéra la jeune fille qui a signé avant lui

« Bonjour... Lunenoir ? Je suis Sam. Tu es en quelle année à Liwi ? »
« Je suis en quatrième année » répondit-elle en battant des cils.

D’autres élèves commençaient déjà à s’approcher de la table pour venir signer le parchemin tout en parlant du Quidditch, le célèbre sport des sorciers.
Tout en s’adressant à la demoiselle, Sam écoutait d’une oreille les discussions techniques concernant l’équipe de Quidditch.

Il parla à la jeune fille de son intégration toute récente à l’école de Beauxbâtons et qu’il devaitt justement rendre visite au directeur, qu’il était très pressé mais qu’il aimerait bien discuter un peu plus avec elle plus tard...

Passionné de Quidditch depuis sa plus tendre enfance, Samuel avait suivi avec assiduité l’évolution de l’équipe nationale avec son père quand il était petit et il avait toujours rêvé d’intégrer un jour cette bande de héros.

Cette année pouvait enfin lui offrir la chance qu’il attendait. Quand il était en première année on lui avait refusé le droit de s’inscrire, les professeurs l’avaient alors considéré trop jeune pour ce sport dangereux. Maintenant qu’il allait entrer - il l’espérait - en cinquième année, l’occasion se représentait sous un meilleur jour... en espérant que ses voyages en balai lui donneraient un avantage dans l’expérience du jeu. Samuel avait sans doute nettement plus d’heures de vol à son actif que tout le reste des candidats réunis, même s’il manquait d’entraînement sportif proprement dit.

Il estimait donc pouvoir être un atout pour la nouvelle équipe de la Maison Liwi de par son endurance en vol.

En espérant briller aux qualifications, le jeune garçon fit un signe amical de la main à sa camarade et quitta la salle commune pour se diriger vers le bureau du directeur Tempus Nariut.


Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur

Brèves

30 juin 2006 - Vaut-il mieux être jacinthe ou cactus ?

Vaut-il mieux être jacinthe ou cactus ?
Vaut-il mieux être jacinthe ou cactus ? Certains vous (...)