Lost et les séries « modernes »

mardi 5 janvier 2010
par  Benoît
popularité : 91%

C’est rigolo quand même ces oppositions très fortes au sujet de la série Lost...

Quand on me dit « je n’aime pas parce que ça avance pas », ça m’évoque le souvenir des dizaines de séries des années 70-80... K-2000, L’Agence Tout-Risques, Amicalement vôtre... toute une époque où le but d’une série n’était absolument pas de raconter une histoire au fil de la saison mais une histoire dans un épisode.

Alors bon, je suis d’accord sur le fait que les séries "modernes", qui ont une histoire globale qui avance en plus de la petite histoire de l’épisode, c’est très chouette... mais pourquoi est-ce que ça devrait toujours être comme ça ?

En quoi est-ce vraiment gênant que Lost ne donne pas de réponses aux questions qu’elle pose ? que son intrigue générale ne progresse pas forcément dans chaque épisode ?

Ce qui me plaît dans une série télé, c’est d’avoir un suivi et un approfondissement des personnages. Contrairement au cinéma, les séries peuvent s’attarder à nous montrer des détails, plus en longueur, à nous dévoiler des émotions très progressivement. Tout cela créé un attachement aux personnages et l’un des plaisirs de la série, c’est de retrouver des personnages familiers. Qu’ils fassent des choses nouvelles ou répétitives est finalement annexe tant que le plaisir des retrouvailles est intact.

Quand il y a du neuf, quand l’intrigue globale de la série évolue, c’est un grand risque qui est pris par le scénariste. Parce que le téléspectateur s’est attaché à un personnage bien précis. Si celui-ci change d’une manière qui le rend moins attachant, il perd la sympathie du téléspectateur, qui verra son opinion concernant la série décliner. D’un autre côté, si le changement est réussi, il ajoute une nouvelle dimension au personnage, une épaisseur qui le rendra finalement encore plus attachant. Chaque évolution est donc une forme de quitte ou double. Et de nos jours, ce quitte ou double est devenu pratiquement incontournable, et Lost nous le démontre : si une série reste sur ses positions, si elle ne fait pas avancer les choses concernant les personnages et l’intrigue, le téléspectateur se lasse. Aller de l’avant devient donc une obligation, puisque l’intérêt pour les séries s’est déplacé. Le personnage n’est plus au centre de la série, c’est la trame générale qui l’est.

S’il ne se passe rien qui fasse avancer les choses, la série décline. S’il se passe des choses qui ne plaisent pas au téléspectateur, la série décline.

Pas étonnant que les scénaristes râlent... ils ont une sacrée responsabilité !


Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur

Brèves

30 juin 2006 - Vaut-il mieux être jacinthe ou cactus ?

Vaut-il mieux être jacinthe ou cactus ?
Vaut-il mieux être jacinthe ou cactus ? Certains vous (...)