Blackjack

Pirate
mercredi 23 février 2005
par  Benoît
popularité : 98%

alias « Cobra »

Feuille de Personnage

- Profession : Pirate
- Nom : Blackjack « Cobra »
- Joueur : Ludovic Cordeiro
- Date de création : 1998
- Loyauté : envers lui-même
- Grade / Régiment : capitaine de vaisseau / -
- Race : Humaine
- Sexe : Masculin
- Taille : 1,90m
- Poids : 86kg
- Âge : 34 ans
- Monde d’origine : espace (né à bord du Cornado)
- Citation typique : « Blackjack ne meurt jamais »
- Objectifs : Reformer l’équipage du Cornado, fabriquer son androïde Armanoïde.
- Avis de recherche : 300.000 crédits impériaux.
- Personnalité : Irréfléchi, tête-brûlée, cupide
- Description physique : Pas de visage (un masque tribal)

Dextérité 4D
Arme à Feu 4D+1
Arme Blanche 5D
Artillerie Blaster 4D+2
Blaster 9D
Combat Aveugle 5D
Course à Pied 5D
Esquive 8D
Grenade 4D+1
Lance-Projectile 4D+2
Parade Arme Blanche 5D
Parade Mains Nues 6D
Sabre-Laser 5D+1
Savoir 2D+2
Affaires 3D+1
Illégalité 3D+2
Intimidation 3D+1
Langages 7D
Maintien de l’Ordre 3D+1
Races Extraterrestres 3D+2
Survie 4D+2
Tactique 3D+1
Volonté 4D+2
Mécanique 2D
Canons de Vaisseau 3D
Combinaisons Énergétiques 3D+1
Équitation 2D+1
Pilotage de Fonceur 3D
Propulseur Dorsal 3D
Répulseurs 3D
Transports Spatiaux 5D+1
Vaisseau Archaïque 3D+1
Perception 3D
Commandement 3D+1
Discrétion 5D
Dissimulation 3D+1
Escroquerie 3D+2
Falsification 3D+1
Investigation 3D+1
(S) Persuasion : Séduction 3D+1
Recherche 4D
Vigueur 4D
(A) Arts Martiaux 1D
Combat Mains Nues 10D
Escalade / Saut 4D+1
Levage 5D
Résistance 5D+2
Technique 3D
(A) Intrusion Informatique 1D+1
Premiers Soins 3D+2
Programmation / Réparation d’Ordinateur 6D+1
Réparation d’Armure 3D+1
Réparation de Droïd 4D
Sécurité 5D+2
(S) T.I.G. 4D+2

- Déplacement : 10
- Sensibilité à la Force : NON
- Points de Force : 3
- Points du Côté Obscur : 0
- Points de Personnage : 8
- Points Cyber : 2

- Matériel :

    • Bras Blaster (5D, visée +1D en Blaster) dissimulé par un bras cybernétique
    • Communicateur (modèle militaire)
    • Ordinateur portable (5D)
    • Microcaméra
    • Pistolet Magnum 45 (balles en titanium, fonctionne dans l’espace)
    • Sabrolaser (lame violette, volé à Gamar)
    • 10 droïds de réparation de vaisseau
    • Vaisseau Cornado (télécommande à distance avec un bloc de donnée)
    • Droïd R2K6 (modifié, avec une roue de moto)
    • 2 contenaires de bagages (volés sur le Flushtun Paradise)
    • 4 canines de fauve de Corlyn
    • Stock de bijoux (volés sur le Flushtun Paradise)
    • Documents prouvant la propriété du palais sur Sinus
    • 420.000 crédits

Background

Blackjack est né dans l’espace, il y a vingt-neuf ans. Ses parents étaient des pirates des astéroïdes qui opéraient dans un secteur de vide stellaire situé sur la Voie Corellienne. Les abordages n’étaient pas très fréquents, les pirates ayant pour habitude de n’opérer qu’au gré de leurs besoins, ce qui leur permettait de ne pas attirer l’attention des autorités républicaines.

Haniss le Géant était le père de Blackjack. C’était un colosse qui avait droit de vie ou de mort sur tout son équipage, et ce dernier lui était entièrement dévoué. Sa compagne, Gillya, native de la planète Naboo, était la seule à n’être pas né à bord d’un transport spatial ; elle avait été enlevée par Haniss lors d’un combat spatial, non pas parce qu’elle était une princesse qui aurait pu rapporter quelque rançon - ce qui était pourtant le cas - mais parce qu’il l’aimait.

Le Cornado, la frégate pirate de Haniss le Géant, était composé d’un assemblage de différents morceaux de vaisseaux, si trafiqués qu’on se demandait s’il n’allait pas se disloquer à chaque fois que ses canons à ions faisaient feu. À la base, un cargo moyen de classe Gallofree, un navire de quatre-vingt-dix mètres de long aussi laid que fragile, avait servi pour confectionner le cœur de l’appareil. Sa coque avait entièrement été remodelée et renforcée, et plusieurs moteurs subtilisés sur d’autres vaisseaux furent ajoutés par la suite sur les flancs pour améliorer la maniabilité. Raccourci d’un tiers de sa taille, ses coursives avaient été aménagées pour accueillir le camp des pirates, qui vivaient presque tout le temps dans l’espace.

Enfin, le mécanicien du groupe avait, avant de mourir, greffé tout un arsenal d’armes volées sur des appareils de l’Armée Républicaine. L’aspect du Cornado en devenait effrayant, et nombre de navires de croisière capitulaient avant même un coup de semonce devant ce repoussant adversaire. Malgré ces différentes qualités, l’aérodynamique de l’appareil avait aussi un désavantage : l’impossibilité physique de pénétrer l’atmosphère d’une planète. L’assemblage tenait parfaitement dans le vide stellaire, mais restait incapable de résister au frottement de l’air. Pour pallier à ce problème, Haniss avait fait installer à grands frais une pince d’amarrage sous le Cornado pour y arrimer un ersatz de YT-850 légèrement modifié _ son premier vaisseau, le Crâne Rouge. Le rôle de cet engin était de pénétrer en atmosphère pour le ravitaillement, pendant que le Cornado restait en orbite.

Blackjack grandit dans cet environnement confiné, au cœur de l’espace, isolé des conflits politiques qui ébranlaient la galaxie, les pirates frappant aveuglement Corporations, Fédération, République et Empire. Ses seuls compagnons étaient les hommes de l’équipage de son père. Au fil des années, il se fit quelques grands amis parmi cet équipage de dix-huit rudes gaillards.

Amer était un grand homme aux cheveux blonds, presque blancs, au nez busqué et au regard sec et incisif. Il était le pilote du Cornado : c’est lui qui se chargeait de jouer au chat et à la souris avec les corvettes des douanes et les frégates d’escorte des convois. Haniss avait une totale confiance en lui et le laisser faire son travail comme il l’entendait. D’ailleurs, bien qu’il ait apprit sur le tas, dans le dur milieu de la Frange, son pilotage était digne des meilleurs éléments de l’Académie Navale de la République. À son poste, il était froid et concentré, aveugle à tout ce qui ne concernait pas directement le pilotage. Des Soldats de Choc pouvaient bien entrer dans le cockpit derrière son dos en tiraillant partout, il continuait à fixer l’espace. Mais pendant les moments de repos, c’était un excellent camarade, qui affectionnait les calembours et les blagues. Un exemple : « Pourquoi les chasseurs Tie hurlent-ils dans l’espace ? _ Réponse : Parce qu’ils sont loin de leur vaisseau-mère ! »

Fluch mesurait deux mètres douze. Il était né sur un vaisseau-ville arquillien, où l’impesanteur est très faible. Adapté rapidement aux environnements plus lourds, il s’étaie fortifié, mais avait gardé un squelette mince et sec. Pourtant ses muscles étaient plus durs que l’acier et il était l’un des meilleurs combattant de l’équipage, égalant le capitaine en dextérité. Élevé auprès des maraudeurs des astéroïdes, il connaissait toutes les manières possibles de tuer un humain avec les mains. Comme c’était l’un des plus jeunes membres des pirates de Haniss le Géant, il traînait souvent avec Blackjack dans les coursives, et ils se défiaient parfois amicalement pour comparer leurs talents de lutteurs ou pour gagner quelques crédits pariés par des pirates joueurs. Car Fluch, lui, était le joueur le plus incurable de toute la galaxie. Il ne perdait aucune occasion pour risquer sa maigre part du butin dans une entreprise hasardeuse, qui capotait lamentablement la plupart du temps. Et Blackjack l’aidait alors à se tirer d’affaire, même s’il fallait parfois friser la catastrophe... Cela remontait à fort longtemps, mais il était probable que le nom de « Blackjack » ait été trouvé par l’incorrigible Fluch, toujours à jouer sur des machines programmées pour faire perdre un maximum de crédits.

GSI-GMS servait à toutes les tâches de maintenance à bord du Cornado. Son statut de Droïd lui permettait un accès direct aux banques de données de l’appareil pour effectuer des réparations informatique et servir de lien entre la mécanique et l’équipage. Pourtant, GSI-GMS était avant tout un Droïd de combat, un modèle expérimental relativement ancien qui avait traversé en solitaire la période troubles des révoltes des Droïds sur Coruscant. Construit dans une station spatiale de l’Armée de la République, il avait profité d’un défaut de mise au point pour se débarrasser de son bouchon d’entrave et s’échapper, en éliminant au passage les employés qui tentaient de l’arrêter. Sa carrosserie bleu métallisée renfermait plusieurs holsters pour différents types de blasters, mais c’est surtout sa taille qui le rendait impressionnant. Ces vieux modèles de Droïds n’avaient pas encore de restrictions, et son concepteur en avait profité pour lui ajouter plusieurs gadgets personnalisés, comme un mini rayon tracteur, qui lui permettait d’immobiliser sa cible avait de tirer, ou un lance-grappin magnétique avec un treuil incorporé. Cette préparation physique, ainsi que son caractère individualiste et violent l’avaient fatalement conduit à devenir chasseur de prime, avant de rencontrer Haniss et de devenir membre de son équipage. Virtuose du blaster, seuls huit ou dix types dans la galaxie auraient été capable de le battre dans un duel au pistolaser. Ses réactions électroniques lui permettaient de dégainer en trois centièmes de seconde, et sa visée autoguidée le rendait quasiment imbattable en combat au laser.

Les parents de Blackjack, Gillya et Haniss le Géant, étaient un couple de pirates réputés lorsque leur fils unique est né. Respecté de la Frange, Haniss enseigna à son enfant toutes les ficelles de sa profession et lui apprit l’honneur et la noblesse, deux valeurs essentielles chez les pirates de l’espace. Blackjack aimait son existence et il insista très tôt pour participer aux abordages. Il fut d’ailleurs déçu à ses débuts quand il constata que les bâtiments attaqués préféraient très souvent se rendre avant l’assaut, alors que le jeune garçon rêvait de belles bagarres.

Cette existence à la fois tranquille et mouvementée aurait pu se poursuivre longtemps, mais un jour, la vie du jeune Blackjack bascula. Il avait alors dix-huit ans. Les affaires marchaient plutôt bien depuis l’avènement de l’Empire, qui avait sortit la galaxie d’une crise industrielle pour l’entraîner dans une croissance économique nouvelle. Les transports spatiaux étaient chargés de métaux négociables et plaçaient plus facilement leur confiance dans leur assureur que dans leur escorte.

Le Cornado croisait depuis quelques semaines dans son secteur, patrouillant autour d’un astéroïde détourné de sa trajectoire pour entraver la voie commerciale et faire quitter l’Hyperespace à un cargo. Ce fut un transport lourd de classe Carack qui se matérialisa devant le rocher, freinant au maximum pour éviter la collision. Sans perdre de temps, l’assaut commença.

Amer se mit aux commandes du Cornado, tandis que Haniss parlait à la radio subspatial, pour informer l’équipage du cargo de son infortune. Pendant ce temps, Blackjack hurlait des ordres aux pirates indisciplinés qui se préparaient à l’abordage. Comme le cargo tirait quelques coups de semonce, facilement évités par Amer, le capitaine Haniss le Géant ordonna l’abordage.

Avec un coup sourd qui fit résonner la coque, le Cornado heurta le flanc tribord du transport, de manière à placer son sas universel sur la paroi. Des grappins magnétiques immobilisèrent les deux vaisseaux pendant qu’un spationaute découpait les blindages au laser.

En pénétrant à l’intérieur du cargo, les pirates tombèrent en plein dans une embuscade. Partout, des soldats en armure complète blanche faisaient un tir de barrage pour repousser l’invasion ! GSI-GMS passa devant et utilisa des grenades pour dégager un chemin dans les coursives, mais les pertes étaient lourdes dans les rangs des pirates, qui affrontaient ce qui semblait être des soldats d’élite.

À la tête de ses hommes, Haniss riait en montant au combat, alors que les traits énergétiques zébraient les couloirs sombres du transport. Il galvanisait ses troupes, qui le suivirent jusqu’à la porte de la soute principale, qui semblait être le cœur de la résistance.

La porte explosa dans un nuage de fumée noire et Haniss se précipita à l’intérieur, suivi par son fils et ses meilleurs hommes. Dans la soute, le combat fut effroyable. Les combattants piétinaient les corps des blessés et des morts, et les soldats blancs semblaient toujours revenir en surnombre. Blackjack se battait coude à coude avec son père, avec plus d’ardeur que jamais.

Soudain, un cri claqua comme une détonation dans l’air enfumé de la bataille, qui marqua un temps d’arrêt. Ceux qui se tournèrent dans sa direction découvrirent un homme sec tenant en otage une femme armée. C’était un officier impérial qui menaçait Gillya avec le canon de son pistolet blaster.

« Cessez immédiatement le combat ou je l’exécute froidement ! » aboya l’Impérial en direction de Haniss le Géant. Celui-ci se trouva désemparé face à une telle situation, car il savait que s’il ordonnait à ses hommes de se désarmer, ils seraient exécutés. Il n’avait pas eu le temps d’examiner en détail les caisses de la soute principales, mais il savait que si elles étaient si bien protégées, c’est qu’elles contenaient un secret militaire ; et les Impériaux ne prendraient pas le risque de laisser des témoins en vie...

Haniss se tourna donc vers son équipage et leur fit un signe discret pour leur faire connaître sa décision. Puis il ordonna de cesser le feu et de poser les armes. Les soldats adverses se détendirent donc légèrement, surtout l’officier, qui relâcha son emprise. Faisant volte-face, Haniss braqua son pistolaser sur l’officier et tira. Dans la même seconde, l’enfer se déchaîna une deuxième fois dans la soute, avec plus d’intensité encore.

Quand la fumée des canons se dissipa, Blackjack cru un instant qu’ils étaient tirés d’affaire, quand il vit le corps de sa mère sur le sol, mortellement brûlé par une décharge de blaster. Fou de douleur, il se rua en avant pour passer sa rage sur ses adversaires, mais un impact au ventre l’arrêta en pleine charge. Heurté dans sa course, le jeune pirate vacilla, puis s’effondra sur le plancher, tombant sur un autre corps. Avant de perdre conscience, il eut juste le temps de constater que c’était le cadavre de son père...

Lorsque Blackjack rouvrit les yeux, il ne voyait rien. La voix d’Amer près de son oreille lui raconta la fin du désastre. Les pirates avaient tous été massacrés, et le combat n’avait pas duré longtemps. Puis les soldats blancs étaient montés à bord du Cornado où ils avaient trouvé le pilote, Amer. Après ça ils étaient remontés sur le cargo pour repartir. Au passage, ils avaient percé un trou dans la coque du vaisseau pirate pour le transformer en épave spatiale.

Le voyage en hyperespace dura plusieurs semaines et les deux survivants furent mis aux fers. Là, Amer pansa tant bien que mal la brûlure de son compagnon toujours inconscient. Il entendit dire qu’ils seraient laissés sur Kessel comme esclaves dans les mines. Ce sort funeste équivalait à les tuer, mais procurait de la main d’œuvre.

Blackjack se remémora l’horrible combat et la mort de ses parents, confirmée par le pilote. Complètement abattu, il se soumit aux esclavagistes de Kessel, qui semblaient posséder des accords secrets avec l’officier du transport. Pendant six longs mois, Blackjack et Amer travaillèrent dans les sombres mines d’épices de Kaselrin. Ravagés par les irritations dues à l’épice, affaiblis par la malnutrition, ils devaient de surcroît lutter contre les infernales créatures de cristal qui hantaient les tunnels de la mine. Les pertes étaient très lourdes, et la durée de vie moyenne d’un mineur n’excédait pas deux ans.

Au cours de la percée d’un nouveau site souterrain isolé, Blackjack et Amer pilotaient seuls une foreuse, escortés par deux esclavagistes armés de paralyseurs. Tout à coup, la tête de la foreuse rencontra le vide d’une cavité. En l’explorant, le petit groupe fut assaillit par une créature de cauchemar, semi minérale, inconnue même des légendes des mineurs. Le combat fut violent rapide, et quelques secondes plus tard, Blackjack se retrouva le seul homme encore debout, hurlant en contemplant son bras droit resté dans la gueule de la bête qui agonisait, blessée à mort par les paralyseurs et les coups de pierres.

Au prix d’un effort surhumain, Blackjack parvint à remettre en route la foreuse d’une seule main. Cet épisode lui avait d’un seul coup redonner l’envie de vivre, comme par défi. Grâce à la machine et au réseau de tunnels de la créature, il réussit à sortir à l’extérieur. Respirer l’air brun froid et pollué de la surface lui apparut comme une sublime récompense.

À nuit tombée, Blackjack se glissa jusqu’aux pistes d’atterrissage de l’astroport et se cacha dans un conteneur rempli d’épice. Deux heures plus tard, la caisse était emportée par un Droïd monte-charge jusqu’à la soute d’un cargo qui partait pour Nal Hutta, la sinistrement célèbre lune de la pègre Hutt. Pour survivre pendant le voyage en hyperespace, Blackjack dut se forcer à ingurgiter de l’épice, qui augmenta sa vigueur mais en créant une dépendance handicapante.

Après avoir quitté le vaisseau, le pirate revendit quelques kilos d’épice volés dans son conteneur pour trouver un médecin. C’est ainsi qu’il rencontra le docteur Krüer.

Krüer était le chirurgien le plus recherché des bas-fonds de Nal Hutta. Il accepta les crédits de Blackjack et il le soigna dans sa clinique tout ce qu’il y a de plus illégale.

Une fois remis de ses blessures, les sens encore aiguisés par l’effet de l’épice, Blackjack commença ruminer sa vendetta. Il voulait se venger de l’Empire, se venger des esclavagistes, se venger de la galaxie toute entière, qui était à l’origine de son malheur. Il supplia alors le docteur Krüer de lui greffer un bras cybernétique. Mais comme il voulait devenir une « mauvaise surprise », il insista pour installer à l’intérieur du bras un canon blaster... Le chirurgien releva le défi et accomplit l’opération. Cependant, il demanda en échange de ce coûteux service deux ans de l’existence de son patient, qui deviendrait son homme de main. Peu attaché à la vie et aveuglé par son désir de tuer, Blackjack accepta le marché.

La prothèse fut si bien installée qu’elle ressemble à une véritable main. Les détecteurs eux-mêmes n’y voient que du feu. Le docteur utilisa alors Blackjack pour devenir influent sur Nal Hutta, en lui demandant d’éliminer ses opposants. Machine aveugle, son ancien patient exécutait sans état d’âme les cibles qu’on lui désignait jusqu’à ce qu’il tombe sur un rendez-vous organisé par Zorba le Hutt, un gros trafiquant d’armes _ le père du jeune et déjà puissant Jabba le Forestier. Le Hutt discuta avec le tueur et le persuada qu’il était manipulé par son employeur. Quand finalement Blackjack ouvrit les yeux, Zorba, sournois, lui proposa d’entrer à son service, sa première tâche étant d’éliminer Krüer. Mais Blackjack avait déjà compris qu’il ne voulait plus être commandé. Il refusa, et quitta le secteur Hutt en embarquant sur un vieux cargo.

Seul et sans emploi, Blackjack vécu alors une période difficile. D’abord à cause de son accoutumance à l’épice qui le minait, mais aussi à cause du désespoir. Finalement, par un effort de volonté semblable à celui effectué dans les mines, il se ressaisit en se donnant des objectifs. Il ne voulait pas avoir survécu à tous ces dangers pour mourir sans avoir rien accompli. Il décida donc de devenir un capitaine pirate à son propre compte. Ce projet était difficilement réalisable, car il avait besoin de contacts, qu’il avait perdu depuis la mort de ses parents, ainsi que de crédits et d’un vaisseau performant. Après avoir décroché de sa dépendance à l’épice, Blackjack chercha donc du travail. Rapidement, il se rendit compte qu’il ne savait pas faire grand chose à part le pirate. C’est pourquoi il embarqua sur le Défiance, un navire pirate sous les ordres d’un sullustain, Ewvoll le Malin.

Le Défiance était autrefois une fière frégate corsaire qui croisait dans l’espace sullustain pour aborder les transports de Soro Suub, la société-état de Sullust. Aujourd’hui, ce n’était plus que le reflet de ce vaisseau, tout comme le capitaine Ewvoll était devenu un ivrogne et un incapable, un vieil homme-souris qui ne commandait plus que depuis sa cabine, par l’intermédiaire de soudards bornés. Dès son premier entretien avec le capitaine sullustain, Blackjack avait senti en lui une antipathie latente. Il avait été engagé grâce à son expérience sur le Cornado mais n’avait donné son accord que parce qu’il avait besoin de crédits.

Pour se faire accepter de l’équipage, Blackjack combattit contre le meilleur des pirates du Défiance, Aratack le Wookiee. Il lui cassa le bras. Après cela, il put se considérer comme adopté. Pourtant, cette nouvelle existence de pirate ne plaisait pas au fils de Haniss le Géant. Il n’aimait pas les airs arrogants du capitaine, qui d’ailleurs s’avéra rapidement être un imbécile, manipulé par ses lieutenants, qui empochaient la moitié du butin. Excédé, Blackjack quitta l’équipage après une explication mouvementée avec Ewvoll et deux de ses lieutenants - l’un d’eux, le Sulustain Ch’lub, y perdit l’usage de ses deux mains, brûlées par une décharge de la « surprise » de Blackjack...

Peu de temps après, les pirates du Défiance se firent massacrer par l’escorte d’un convoi d’une puissante corporation de la Bordure Intérieure. Les survivants mirent cet échec sur le dos de Blackjack, puisqu’il avait trahi le capitaine juste avant le piège.

Haït par les pirates des astéroïdes, notre ancien flibustier décida de quitter la Bordure Intérieure pour se faire oublier quelque temps au moins dans la Bordure Extérieure. Il rêvait également de monter une expédition pour retrouver l’épave du Cornado, qui devait encore flotter quelque part dans l’espace...

Après quelques opérations plus ou moins fructueuses au cours desquelles il se heurta à nouveau à l’Empire et tenta de se faire oublier pour un temps de la Frange, Blackjack finit par atterrir sur Tatooine, où il rencontra Fally Borss, une vieille extraterrestre ivrogne qui le renseigna sur la faune locale. Fally chantait dans les cantinas de vieux airs d’opéra au succès oublié. Elle avait été, semblait-il, une célèbre cantatrice dans le passé, mais elle n’était plus que le reflet de sa jeunesse. Déprimée depuis son échec dans l’étude de la Force auprès de son vieux Maître Jedi, mort longtemps avant la rencontre entre Fally Borss et Blackjack.

Peu de temps après, ils firent la connaissance d’Alex Garillanone, le fils du propriétaire de la cantina Au Bantha d’Or, à Mos Eisley, la capitale du désert de Tatooine. Alex était un homme encore jeune qui aimait l’aventure. Joueur de Sabacc invétéré, il n’hésiait pas à tout risquer dans une entreprise. Ils discutèrent ensemble de l’opportunité d’une association : Alex possédait un YT-1 300 modifié, le Ruby Star, et il désirait arrondir ses fins de mois... C’est alors qu’une escouade de Soldats de Choc fit irruption dans la cantina pour capturer le père d’Alex. Le bâtiment fut dévasté mais Fally, Blackjack et Alex réussirent à s’enfuir.

Ensemble, ils utilisèrent le Ruby Star pour faire de la contrebande et entrer en relation avec Jabba le Forestier. Ils commencèrent alors à travailler pour lui. Fally Borss, grâce à ses nouveaux amis, se débarrassa de l’emprise de l’alcool et commença à développer ses talents de Jedi et à s’entraîner au sabrolaser. Alex Garillanone, quant à lui, se découvrit un oncle dont il hérita d’un palais perdu sur Sinus, une planète dévastée lors de la Guerre des Clones. Les amis y affrontèrent de terrifiantes créatures mutantes gigantesques et rencontrèrent les descendants dégénérés des habitants, avant d’être confronté à un Jedi Noir nommé Gamar, qu’ils tirèrent par erreur du sommeil artificiel de la cryogénisation dans lequel il reposait en attendant une opportunité pour quitter cette planète dévastée. L’affrontement avorta, puisque Fally ne put que couvrir la fuite de ses amis avant qu’ils ne décollent ensemble dans le Ruby Star pour abandonner le Jedi Noir à son sort.

Les affaires avec Jabba furent fructueuses, jusqu’à ce qu’ils aient à prendre livraison de jetons de Sabacc truqués au casino d’Abrégado, en dehors de la sphère d’influence de Jabba. L’opération tourna mal et Blackjack parvint de justesse à sauver ses compagnons d’un piège tendu par Nightmare, le caïd de la pègre locale. Malheureusement, au sortir de l’Hyperespace au-dessus de Tatooine, le Ruby Star tomba dans un nouveau traquenard : une corvette des douanes et deux chasseurs Z-95 qui prirent le YT-1 300 en tenaille. Blackjack et Fally n’eurent que le temps de s’éjecter dans une capsule de sauvetage au-dessus du désert, mais Alex périt dans l’explosion de son appareil.

De retour à Mos Eisley, les deux survivants firent la connaissance du groupe de la cantina Cyber Double Star en recherchant un vaisseau à vendre. Après quelques palabres, ils décidèrent de s’allier avec eux pour construire un repaire secret dans le désert, non loin de là, dans le but d’y installer une École Jedi, où Fally pourrait prendre des cours sur la Force.

Malheureusement, après quelques mois passés ainsi ensemble, le B.S.I. (Bureau Stellaire d’Investigation) intervint et lança les troupes de l’Empire sur la capitale du désert, traquant les membres du groupe, qui l’avaient irritée en intervenant devant le Sénat contre l’Empereur. Forcés de fuir Tatooine, les amis repartirent vers l’espace...

Traqués de toute part, Blackjack et ses amis devaient se cacher pour éviter les chasseurs de primes de la galaxie. Lui-même était recherché pour plusieurs dizaines de milliers de crédits.

Intrigués par l’embuscade de l’un de ces chasseurs, ils découvrirent qu’ils étaient également pourchassés pour avoir rencontré un an auparavant, à l’époque où Blackjack était avec Fally Borss et Alex Garillanone, un journaliste alderandien, un certain Angus Thermophyple. Curieux, ils décidèrent de partir pour Alderaan afin d’éclaircir ce mystère.

Sur la belle planète bleue, le cœur de la sagesse galactique, réputé pour ses immenses universités et sa politique pacifiste, Blackjack et ses compagnons découvrirent que Thermophyle enquêtait sur un certain Soltan Wostikian, le fils de l’ex-président de la petite planète Hasshault, dans la Bordure Extérieure. Cherchant à contacter ce Soltan, ils apprirent son décès, un meurtre maquillé, semblait-il, en accident. Bizarrement, son père lui-aussi étati mort quelques années plus tôt dans un accident de landspeeder sur sa planète.

La piste de Soltan les mena dans un studio d’enregistrement où Soltan avait un groupe de néo-rock antisocial, Ligne Rouge. Les compagnons finirent par retrouver les membres du groupe à l’aide de la petite amie de Soltan, une superbe jeune poétesse, Hari Seldonia. Les membres de Ligne Rouge, effrayés par la mort de le leader, avaient décidé de gagner la Rébellion. Ils expliquèrent aux enquêteurs que Soltan était parti peu avant sa mort sur Tatooine pour apprendre la vérité au sujet de l’« accident » de son père.

Les enquêteurs repartirent pour Tatooine, toujours harcelés par les hommes du Zozoteur, le mystérieux chasseur qui voulait les réduire au silence au sujet de cette troublante affaire. Attaqués en plein désert par des Speedbikers à la solde du mercenaire, ils durent combattre sans pitié. La bataille fut brusquement interrompue par l’irruption d’une horde d’Hommes des Sables, qui les menèrent prisonniers dans leurs mines de carbone.

Tandis que Hangus Mag River, l’ancien patron du Cyber Double Star, suivait les rites tuskens pour appartenir à la tribu, le groupe fit la connaissance d’un extraterrestre esclave qui affirma avoir bien connu la personne qui devait faire ses révélations à Soltan. Tous ensemble, ils quittèrent la cité troglodyte des Tuskens pour rejoindre l’École Jedi, après s’être allié avec eux.

Depuis l’École, le groupe prépara son évacuation définitive de la planète, envahie par les Impériaux. Un premier groupe partit rejoindre les membres de Ligne Rouge au sein de la Rébellion tandis que l’autre, dont Blackjack, suivit les indications de l’esclave et partit vers le système d’Hasshault pour comprendre enfin ce qui s’y tramait. Le nouveau président semblait apprécier le fait qu’une bande de pillards se terre dans la ceinture d’astéroïdes toute proche et empêche quiconque d’y entrer.

Le groupe pénétra donc dans la ceinture en se faisant passer pour des mineurs, jusqu’à ce qu’ils tombent sur le repaire des pirates, une gigantesque épave de paquebot interstellaire. Rapidement, les membres du groupe se mélèrent aux pirates pour comprendre leurs desseins. Après quelque temps, ils furent nommés lieutenants et eurent le privilège d’entrer dans le secret... les pirates protégeait la ceinture pour isoler un titanesque chantier stellaire dans le système voisin, abritant... l’Étoile Noire ! Emmenés à l’intérieure, les « lieutenants » furent démasqués et mis aux fers. Heureusement, profitant d’une révolte des esclaves Wookiees, ils purent s’évader et pirater les plans de la fameuse base sidérale.

Il fallut ensuite quitter les docks à bord d’une navette impériale et traverser à toute allure le champ d’astéroïdes pour envoyer les données au vaisseau de la princesse Leia. Très endommagé, la navette parvint de justesse à sauter dans l’Hyperespace...

Quelques jours plus tard, le groupe assista à la destruction de l’Étoile Noire par Luke Skywalker et tous furent décorés pour leur héroïsme. Après de courtes vacances, la princesse Leia elle-même leur demanda une mission de confiance : rendre compte de la situation à l’ambassade d’Alderaan sur Coruscant, après la destruction de la planète.

Comme la plupart de ses amis et compagnons, Blackjack décida d’entrer dans les rangs de l’Alliance Rebelle, profitant d’une opportunité pour parfaire ses techniques de combattant, tout en utilisant le matériel de la Rébellion pour rechercher le Cornado. C’est ainsi que Blackjack se retrouva au service direct de la princesse Leia, et qu’il effectua une dangereuse mission sur Centre Impérial, alors que l’Empire fermait le Sénat et les Ambassades des Mondes Extérieurs.

Il apparut rapidement que les membres du groupe n’étaient pas fait pour rester soldats, en tout cas pas dans les rangs de l’armée régulière. Leur manque total de discipline et l’originalité de leurs méthodes détonnait par trop avec leurs collègues. Sur le conseil de Crix Madine, nouveau général nommé à la tête des sections spéciales, Leia décida de les incorporer aux SpecForces. Blackjack partit donc dans un camp d’entraînement pour subir le meilleur exercice de soldat de la galaxie, celui de l’Empire excepté. Devenu Infiltrateur, il participa à quelques missions avant de tenter de sauver une petite cité sur la planète Ingualls III. une corvette en flammes chutait vers la surface. N’écoutant que son courage, Blackjack, à bord d’un YT-1300, s’arrima à l’épave pour la tracter vers l’espace, avant de passer en hyperespace avec elle un instant avant de percuter la planète.

Malheureusement, l’attraction gravifique était si importante (à cause de la proximité de la planète) que la trajectoire hyperspatiale s’incurva, gagna en vitesse comme dans une spirale avant de plonger dans le Vortex (une troisième toile, derrière l’hyperespace).

Son trajet dans le Vortex aboutit sur une planète désertique. Rapidement, le SpecForce se rendit à l’évidence : il avait abouti sur Tatooine, loin, très loin dans le passé.

Par miracle (ou par la Force ?), un autre groupe de SpecForces le croisa, et ensemble, s’organisèrent pour le retour dans leur époque, grâce à un propulseur inventé par un savant de leur époque. Tombés en pleine guerre entre les Mandaloriens, les Jedi, les Sith et la République, les SpecForces doivent égalmement lutter contre les effets secondaires de leur voyage : la Force les repouse, et tente d’effacer la distortion temporelle.

C’est finalement depuis Ossus, la planète mère des Jedi, que le groupe réussit à fuir, évitant de justesse de rôtir dans la supernovæ qui détruisit le système stellaire.

Le retour mouvementé à travers le Vortex amena le groupe dans un secteur désert de la galaxie, sur une planète loin de tout, appelée... Hoth.

Blackjack, parti en exploration, fut attaqué par un Wampa monstrueux, qui l’enferma dans une grotte. Heureusement, les autres avaient réussi à contacter l’Alliance, qui envoya une mission de sauvetage, et qui délivra l’ancien pirate des griffes de la harde de Wampas qui le détenaient.

Rapidement, Blackjack se rendit compte que la Rébellion n’avait pas les moyens logistiques de soutenir sa quête du Cornado. Il décida alors de démissionner après avoir retrouvé la trace d’Amer, devenu un membre important du Soleil Noir, un gigantesque organisation mafieuse interstellaire. Amer, devenu la Lune Noire, informa son vieil ami que son maître était à la recherche du Cornado à cause du vaisseau qu’il avait abordé. Il lui affirma ensuite que GSI-GMS avait également survécu au désastre avant de disparaître.

Blackjack se rendit donc sur Tatooine pour entamer une enquête mouvementée, pourchassé par d’innombrables chasseurs de primes, alléchés par l’énorme récompense pour sa capture. Après avoir rencontré Boba Fett, il est finalement tiré de ce mauvais pas par son vieux copain GSI-GMS, reconverti en chasseur de primes. Ensemble, ils décident de partir à la recherche de l’épave du Cornado...


Sites favoris


26 sites référencés dans ce secteur

Brèves

12 août 2018 - Nouvelle URL pour le forum des Altariens

L’adresse Internet du forum des Altariens est désormais la suivante : http://altaride.forumactif.com

30 avril 2013 - Réouverture du site des Altariens

Bonne nouvelle !
Le site de la guilde d’Altaride a migré vers son nouveau serveur, qui est (...)

26 avril 2008 - Projet de portail altarien de jeux de rôle

Bon, histoire de lancer un sujet polémique...
Star Wars Guerre Civile est une campagne de jeu (...)

26 septembre 2007 - Le retour du site

Bienvenue à nouveau dans nos pages !
Après une petite période compliquée au niveau de la gestion (...)

4 septembre 2006 - Maintenance du site

La Guilde d’Altaride se modernise et s’est procuré un nouvel hébergement.
Le site est donc (...)