Océan

Benoît
lundi 2 octobre 2006
par  Benoît
popularité : 91%

Bruissement grondant d’une vague sur la plage
Cet écho immortel remonte au fond des âges
Quand la vie était jeune, quand l’homme était rêvé
Le monde était si calme, vivre c’était bouger
Aucun cœur ne battait, aucun bourgeon ni fleur,
La nature était seule, elle n’était que fraîcheur
Terre, feu, eau et air, juste la roche et l’eau
Ni paysan, ni bûcheron, ni matelot,
Ni le chat, ni le chien, ni le pin, ni la pie
C’était avant l’homme, c’était avant la vie.
À ses pieds éclatent, gerbes de perles pâles,
Flots furieux à l’écume baveuse d’opale,
Falaise d’albâtre contre vents et marées
Rongée par les courants, par le sel et le vent
La vie c’était elle, c’était eux, mariés
Par les dieux pour traverser ensemble les temps
Mêlant amour et haine, passion et violence
Ils sont complémentaires dans leur indolence
Que serait la terre sans la mer ? Inutile.
Et que serait la mer sans la terre ? Futile.

Benoît Cherel, 2006.


Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur

Brèves

30 juin 2006 - Vaut-il mieux être jacinthe ou cactus ?

Vaut-il mieux être jacinthe ou cactus ?
Vaut-il mieux être jacinthe ou cactus ? Certains vous (...)