Duplicaton

vendredi 27 mai 2005
par  GIOM
popularité : 96%

Le Duplicaton :

Taille : inconnue, mais ses tentacules pourraient mesurer jusqu’à 3 ou 4 mètres
Poids : inconnu
Lieu / Mode de vie : dans les sables ou les terres meubles (déserts, plages...)
Population : très rare
Particularité : peut imiter l’aspect de ce qu’il a face à lui.

Cet invertébré difforme est très redouté, par les aventuriers d’Altaride. En effet, le duplicaton dans les déserts sableux et même sur certaines plages. D’après les connaissances actuelles, on pense que cet animal ne peut se déplacer. Même s’il est connu de la plupart des habitants d’Altaride, on sait en réalité peu de choses sur son mode de vie. Ce dont on est sûr, c’est qu’il a la particularité de métamorphoser toute une partie de son corps selon le moment.
Son corps est en réalité composé de deux parties distinctes. La première est composée essentiellement de tentacules, chacune pourvue d’une espèce de bouche ou mandibule recouverte de dents acérées et d’un organe sensoriel qui semblerait utiliser des ultra sons. La seconde partie est certainement la plus extraordinaire, c’est une sorte de grosse masse de chair gélatineuse, qui peut changer de forme en fonction de ce qui l’entoure. En fait l’animal l’utilise afin de reproduire ce qui se trouve face à lui. La proie alors intriguée ne se méfie pas et a tendance même à s’approcher de ce qu’elle croit être un confrère. Lorsqu’elle est suffisamment proche (cela dépend de la longueur des tentacules de l’animal), le duplicaton attaque la malheureuse proie avec ses tentacules. Ce dangereux prédateur est d’ailleurs réputé pour ne jamais laisser aucune trace de ses proies, ingurgitant et digérant tout. Certains affirment même qu’il se contenterait aussi bien de végétaux, mais ne pouvant se déplacer, doit se contenter de ce qui vient à lui.
Pour le reste, on ne sait pas grand chose de cette créature. Elle vit uniquement à quelques mètres, voir quelques centimètres sous le sol et ne se révèle que face à son futur déjeuner. Elle commence alors a sortir son appendice difforme du sol, et à imiter sa proie. Cela peut prendre de quelques secondes à plusieurs minutes en fonction de la complexité de celle-ci. Une fois, que son futur déjeuner est suffisamment proche elle sort alors ses tentacules à une vitesse foudroyante et attire sa victime sous le sol. Ainsi, on ne sait réellement si elle l’avale uniquement avec les mandibules de ses tentacules ou si elle possède un autre organe digestif. Tout son mode de vie en dehors de sa façon de "chasser" est en réalité totalement inconnu et son mode de reproduction ou de prolifération l’est encore plus. On peut même se demander si le duplicaton se reproduit ou s’il ne reste pas vivant sur place éternellement. Mais en ce cas là, comment est-il apparu ? Tout ceci n’est qu’un mystère de plus dans ce fascinant monde d’Altaride. Certains érudits affirment même que le duplicaton ne serait pas un animal, mais plutôt un végétal. Argumentant sur le fait qu’il ne peut se déplacer, et supposant que ce végétal donnerait vie à une nouvelle pousse à partir de l’une de ses tentacules, lorsqu’il commencerait à dépérir. Malheureusement, toutes ces hypothèses ne sont que suppositions et rares sont les naturalistes assez intrépides pour aller étudier de plus près la créature.


Sites favoris


16 sites référencés dans ce secteur

Brèves

15 mai 2011 - Remise en route du forum

Le forum de la guilde d’Altaride a connu, au fil des années, bien des déboires ! Les versions se (...)

30 décembre 2009 - Forum SpipBB

L’interface Spip servant de cœur à notre site web, le forum fusionne maintenant avec le reste, (...)

8 décembre 2009 - Mise à jour du forum

Le forum, qui était en 3.0.1, est en cours de mise à jour vers la dernière version en date, la (...)

7 septembre 2009 - Spip 2 Le Retour

J’ai le plaisir de vous annoncer la mise à jour de notre interface Spip, qui passe en version 2. (...)

10 octobre 2008 - Inscription obligatoire pour les commentaires

Suite à une importante vague de spam sur les commentaires des articles, il est désormais (...)