2 - Rencontre dans le couloir des droïds

La Légende de Maddick
vendredi 22 septembre 2006
par  Calli Kayan
popularité : 91%

Julien n’en croyait pas ses yeux, un immense vaisseau spatial était garé là, devant le centre de la DASS. Il était magnifique : gris bleuté, aérodynamique, les rayons du soleil revenu semblait glisser dessus comme les dauphins sur les vagues. La forme du vaisseau était à la fois simple et complexe : sans ornements mais qui demandait un grand savoir-faire pour réaliser la forme élégante de l’engin, c’était d’ailleurs sa simplicité qui faisait son charme, faisant ressortir le côté aérodynamique et gracieux du vaisseau. Malgré sa grande taille l’appareil paraissait furtif ; irréel surtout, il n’avait certainement pas sa place garé dans la cour de la DASS… Mais au fait ? Personne ne semblait remarquer l’engin, madame Rais la concierge qui était capable de remarquer le moindre petit détail anormal ne fit même pas attention lorsque qu’elle passa en face du vaisseau.

_Personne ne le voit ? Demanda Julien très étonné.

Maître Kayan se tourna vers lui, le fixant de son regard vert émeraude ses oreilles se dressèrent d’un coup, il semblait étudier la question avec attention et répondit simplement :

Pas plus le vaisseau que nous deux.

Julien ne souffla mot mais le regard éloquent qu’il jeta à la créature incita ce dernier à fournir quelques informations :

C’est une vieille ruse Jedi.

En son for intérieur Kayan ne pouvait s’empêcher de penser que son apprenti avait encore bien des choses à apprendre même les plus élémentaires.

Julien regardait l’intérieur du vaisseau avec émerveillement, la lumière diffuse donnait à l’endroit une impression d’intimité et de douceur, il y avait quatre fauteuils en cuir ; derrière une porte donnait sur une petite échelle, avec l’accord de Maître Kayan Julien y descendit et arriva dans un couloir où de chaques côtés il y avait une dizaine de droïds, tous ressemblaient à R2-D2, ronds et cylindriques les robots possédaient trois ‘pattes’, ils étaient de couleur bleue et blanche. Puis Julien remarqua dans un coin un drôle de droïd, apparemment il était de couleur beige, le garçon contourna les autres droïds et poussa un cri d’horreur… Même allongé et désactivé le robot était effrayant, il ressemblait à un squelette, ses membres se terminaient par de longs doigts crochus, sa tête était allongée, ses yeux divisés en deux parties. Julien reconnut un droïde de combat de la Fédération du Commerce, il y en avait plein dans le premier épisode de Star Wars. Prenant son courage à deux mains le garçon détacha ses yeux et décida d’oublier le droïd (ce qui n’était guère facile) et se dirigea vers le poste de pilotage, en se retourna il se cogna contre maître Kayan, Julien ne l’avait pas vu, il chercha une excuse celle qu’il trouva fut pitoyable :

Euh ! je ne voulais pas fouiller mais je l’ai vu.

Maître Kayan eut un sourire amusé et au grand soulagement de Julien il ne paraissait pas fâché :

Je vois que tu as fait ami- ami avec ce droïd de combat.

Julien remarqua alors que le Jedi tenait un pierre brillante dans sa main ce dernier ne tarda pas à s’expliquer :

C’est une pierre de Force, cette pierre est organique et elle absorbe la Force, lorsqu’un Jedi ‘l’active’ elle peut servir de batterie mais on n’a pas besoin de la recharger. En fait ça fait longtemps que ce droïd est ici.

Un jour lors d’une bataille, des rebelles durent prendre la fuite dans ce vaisseau car les droïds de combats étaient trop nombreux, et celui-ci fut enfermé dès le début de la bataille par accident, le pilote lui avait ‘fermé la porte au nez’, ce qui est étrange c’est que le droïd n’a fait aucun dégât, il aurait pu assassiner une dizaine de Rebelles sans se faire remarquer, endommager le vaisseau, ce qui était d’ailleurs sa mission. Les Rebelles s’envolèrent avec ce droïd à leur bord, l’un des d’entre- eux le détruisit d’un coup de blaster et le laissa là, le robot ne résista même pas, l’hypothèse la plus probable qui explique la passivité du robot est que ses batteries étaient pratiquement vides, mais, enfin bref, tout ce que je sais c’est que ce droïd de combat n’a jamais tué ni même blessé personne alors qu’il aurait pu faire un carnage… je l’ai réparé et adapté ses circuits pour qu’il puisse se servir de la pierre de Force comme batterie…Il a fallu tout changer dans ce robot, avant lorsqu’il servait la Fédération Du Commerce il obéissait à une unité centrale, mais moi je voulais qu’il soit indépendant… C’est un peu bête mais j’ai eu pitié de ce droïd et j’ai voulu lui donner une seconde vie, en plus ces robots ont plusieurs avantages ils sont très mobile grâce à leurs membres articulés, et ils sont très fidèles, j’ai bricolé celui-ci de façon à ce qu’il n’obéisse qu’à un seul maître et n’accepte les ordres d’autrui que si ce dernier est consentant… De plus sais-tu que ces robots ont une très grande valeur sur le marché, les collectionneurs paieraient une fortune pour acquérir celui-ci, ses papiers sont en règle, j’ai eu une autorisation pour ce droïd, à présent il est considéré comme tout autre robot ici… Bon ce n’est pas le tout, tiens ! Mets la pierre de Force dans ton robot !

Julien avait dû mal entendre.

Mais c’est le vôtre ! En même temps Julien ne souhaitait pas s’enticher d’un robot aussi effrayant que celui-ci, ah ! Ca non le garçon n’avait pas envie qu’un droïd pareil le suive partout, il aurait l’impression d’être le prisonnier permanent de ce monstre mécanique.
_Moi ! le coupa maître jedi, je n’en ai pas besoin, j’avais l’intention de lui trouver un propriétaire, je l’ai réparé seulement parce que je voulais lui donner une seconde vie. Tu devrais le prendre vraiment, il peut être très utile et puis si tu n’en veux plus tu pourras toujours le revendre, mais attention il vaut son pesant d’argent surtout avec une pierre de Force, il est inépuisable.
D’accord, fit Julien en poussant un soupir mais c’était vraiment pour faire plaisir au maître jedi
D’un geste maladroit Julien prit la Pierre de Force dans sa main, elle était de couleur verte et diffusait une lumière puissante, presque violente, maître Kayan s’était écarté et Julien le regarda avec un mélange d’angoisse et de frayeur.
Je te laisse avec ton nouveau droïd, il vaut mieux je ne reste pas ici le temps que ce robot comprenne que c’est toi le maître, et puis il faudrait peut-être songer à faire démarrer le vaisseau.

Julien vit Maître Kayan remonter la petite échelle et entendit la porte coulisser.

Soudain Julien eut une pensée affreuse, et si maître Kayan était un imposteur et voulait le tuer, et si le robot une fois activé lui tirait dessus, c’était peut-être pour ça que la créature était partie.

Julien fourra rapidement la Pierre de force dans le robot, ce dernier s’activa et le regarda, le garçon frissonna lorsqu’il se retrouva face au ‘regard’ mécanique du droïd de combat… Rien ne se passa, une minute, puis deux s’écoulèrent, toujours rien, alors lentement Julien qui s’était agenouillé pour insérer la Pierre de Force dans le robot se releva, le droïd toujours « assis » ne réagissait toujours pas. Julien se dirigea vers la porte, toujours rien, le garçon l’appela alors timidement :

Viens…Euh ? Suis-moi.

Le robot se releva, ses membres articulés s’agitèrent et dans un bruit mécanique se leva et vint se poster devant Julien qui s’aperçut avec frayeur que le droïd devait bien faire 15 centimètres de plus que lui, une fois arrivé à hauteur du garçon le robot dit seulement de son étrange voix saccadée et grave qui résonna dans « le couloir à droïds » :

À vos ordres maître.

Julien se précipita dans le compartiment où se trouvait maître Kayan, suivi par le robot. Julien s’assit où plutôt s’affala sur le fauteuil à côté de Maître Kayan qui l’accueillit avec un sourire moqueur.

_Eh bien ! Tu en as mis du temps ! Tu as fait une partie de cartes avec ton droïd ou quoi ?

Julien apprécia moyennement l’humour du maître jedi et répondit d’un ton aigre :

Vous croyez que c’est facile vous ? Lorsque vous êtes parti j’ai cru qu’il allait me sauter dessus.

Tchac-Tchac-Tchac.

Julien sursauta, il se rappela le bruit produit par les droïds de la fédération dans l’épisode un de Star Wars.

Tcha-Tchac-Tchac.

Exactement le même son, Julien pivota sur le fauteuil et eu le droit à une nouvelle frayeur, Le robot se tenait devant lui, attendant les ordres…

C’est ça invites-toi, assieds-toi tant que tu y es. »

Julien était furieux de s’être laissé surprendre, le robot prit l’ironie de son nouveau propriétaire au mot et s’installa sur l’un des deux fauteuils restant, juste derrière Julien. Le garçon fut encore plus furieux :

Ironie tu ne connais pas, c’est pas dans ton lexique de monstre mécanique ? !

Le droïd ne réagit pas.

À côté de lui Julien entendit un rire étouffé, puis le vrombissement des moteurs, Maître Kayan appuya sur un bouton rouge…. Ils avaient enfin décollé et la cour de la DASS disparaissait de la vue de Julien qui regardait le centre s’éloigner par la fenêtre… Bientôt la Terre ne fut plus qu’un minuscule point bleu et les trois voyageurs se retrouvèrent dans l’espace entourés d’étoiles.

Maître Kayan avait la tête rivée sur le panneau de bord et le robot était aussi indifférent que pouvait l’être un droïd de combat à la beauté qui l’entourait, Julien lui le regard penché sur la fenêtre criait dans sa tête le bonheur qu’il ressentait, l’ivresse. Maître Kayan une fois de plus l’interrompit dans ses pensées :

Au fait il va falloir renommer ton droïd, son ancien matricule était Dz-007, mais qui dit nouvelle vie, dit nouveau nom n’est-ce pas ?

Julien se retourna vers le droïd et se rappela le premier nom qui lui était venu à l’esprit lorsqu’il avait vu les droïds de combat au cinéma sans connaître le véritable nom donné aux robots par Georges Lucas :

Tchac- Tchac à cause du bruit régulier qu’ils faisaient lorsqu’ils marchaient.

Julien se retourna vers le robot et dit :

Tchac !
Oui maître ?

Maître Kayan détacha l’une de ses mains du poste de contrôle du vaisseau et sortit une lettre enfermée dans une enveloppe déjà décachetée portant les initiales D.R.P.D.T.G. et petite carte d’identité, gardant un double pour lui, il tendit l’autre à Julien qui lit d’abord la lettre.

La lettre montrait clairement que Maître Kayan ne lui avait pas menti et que Tchac était bien un droïd peu commun

« Cher monsieur Kayan,

Le D.R.P.D.T.G vous informe que votre demande de posséder un droïd de combat a été enregistrée.

Cette lettre est distribuée aux personnes voulant posséder un droïd considéré comme hors normes. Un membre du Département de Régulation de Population des Droïdes de Tous Genres(D.R.P.D.T.G) viendra examiner la situation et en conséquence donner l’autorisation où non de construire, réparer où posséder un droïde considéré hors norme, en cas de refus de la part de l’examinateur le robot sera détruit, dans le cas contraire une carte d’identité vous sera envoyé afin de légaliser le droïd concerné.

Veuillez recevoir, cher monsieur, l’expression de nos sentiments les plus distingués. »

Puis Julien s’intéressa à la carte d’identité accompagnée d’un petit mot…

« Cher Monsieur Kayan,

Cette carte vous a été distribuée par le D.R.P.D.T.G (Département de Régulation de Population de Droïds de Tous Genres) vous avez eu l’autorisation de réparer et d’activer ce droïd, le renvoi de la carte d’identité au département rendra définitivement votre robot légal, il sera identifié à partir de ce moment comme un membre de la population de droïds. Le propriétaire doit garder un double de la carte d’identité…

Salutations distinguées du D.R.P.D.T.G. »

Et remplit ensuite la carte d’identité grâce à un crayon spécial aidé de Maître Kayan , chacun de ses mots se gravait profondément dans la carte en métal.

Résidence ?
_Académie jedi, Julien avait été surprit en entendant ce nom, il ne s’y habituerait donc jamais ?

NON ! Maddick Meillon pas Julien Fidji !

Julien un peu effrayé avait rectifié ‘l’erreur’ sous le regard noir de Maître Kayan redevenu amical dès que l’adolescent eut finit d’achever le ‘n’ de Meillon.

Notre galaxie est bien plus vieille que la Terre, nous ne sommes pas en 2004 mais en 3016. Après un rapide calcul Julien en conclu qu’il était né en l’an 3000

CARTE D’IDENTITE DU DROÏD
NOM OFFICIEL DU DROÏD : Ancien matricule Dz-007 rebaptisé Tchac
TYPE DU DROÏD : combat
NOM ET PRENOM DU POSSESSEUR LEGAL : Maddick Meillon
DATE DE NAISSANCE DU PROPRIETAIRE LEGAL : 25 Avril 3000
RESIDENCE DU POSSESSEUR LEGAL : Académie Jedi

Maître Kayan ‘posta’ la carte d’identité par holoprojecteur, dans les minutes qui suivirent un hologramme enregistré représentant un droïde protocole ressemblant à C-3PO leur répondit d’une voix presque humaine :

Le ministère de régularisation de population des droïds de Tous Genres a reçu votre message et vous prie d’accepter ses plus sincères remerciements…

Puis le droïd s’effaça, Maître Kayan se prépara à atterrir.

Lorsque Julien se retourna vers Tchac il se sentit responsable de lui et il éprouva un sentiment d’amitié envers le droïd (Si cela se trouvait, Tchac avait eu conscience de ce qu’il faisait lorsqu’il s’était trouvé dans le vaisseau des Rebelles et qu’il avait contredit exprès les ordres) qui apparemment se souciait peu de se savoir légalisé. Aujourd’hui pensa Julien nous sommes le vendredi 21 octobre 2004 oh ! Pardon 3016, je déclare ce jour comme l’anniversaire de Tchac.


Calli Kayan, 2006.


Navigation

Mots-clés de l’article

Articles de la rubrique

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur

Brèves

30 juin 2006 - Vaut-il mieux être jacinthe ou cactus ?

Vaut-il mieux être jacinthe ou cactus ?
Vaut-il mieux être jacinthe ou cactus ? Certains vous (...)