Lovely Mission ϟ Selena & Zack

Prix du public du concours Saint-Valentin 2017 d’Infinite RPG
mercredi 14 juin 2017
par  Natsu
popularité : 3%

Ce texte a remporté le prix du public du concours Saint-Valentin 2017 d’Infinite RPG. Il a été écrit par Natsuu et Invy. Il est publié sur le site de la guilde d’Altaride avec l’accord des auteurs, dans le cadre du concours.

« Voici notre participation à Invy et moi. Désolé si c’est un peu long. La scène érotique et sensuelle fait partie d’un contexte plus orienté vers l’action/aventure.
Bonne lecture
🙂 »

Zack et Selena avait été convoqués dans le bureau de leur supérieur hiérarchique le matin même. On leur avait alors assigné une mission de la plus haute importance : faire tomber un trafiquant d’armes sévissant à Winhill, la ville d’enfance du jeune SOLDAT. Il était alors tout naturel que l’on choisisse le jeune homme pour réaliser cette tâche car il connaissait cette ville comme sa poche. Et Selena dans cette histoire ? Elle avait été choisie pour ses compétences d’infiltration car leur mission consistait à jouer le rôle d’un jeune couple venu visiter la ville d’enfance de Zack et qui de mieux que la jeune femme pour jouer ce rôle et l’aider à débusquer le criminel ? Kramer n’était pas né de la dernière pluie et il était au courant de tout dans l’établissement. Il connaissait le caractère de Zack et savait pertinemment que Selena était la femme la plus proche de lui et celle qui avait été l’initiatrice du changement chez le garçon lorsqu’il était arrivé à la Balamb Garden University. Le quinquagénaire avait également eu vent des rumeurs sur eux. Certains se demandaient s’ils sortaient ensemble et d’autres se disaient qu’il serait temps qu’ils le fassent car il était clair et net qu’ils avaient une attirance l’un pour l’autre. Le choix était donc vite fait. Leur couverture ferait plus vraie que nature.

Là dans le bureau de leur chef, Zack et Selena s’étaient regardés intrigués mais presque amusés par la mission qu’on leur avait assignée et avaient pris congés pour se rendre à leur chambre et préparer leur sac de voyage. Cette mission allait être bien amusante et elle permettrait au jeune homme de revoir son père qu’il n’avait pas vu depuis longtemps mais ils ne devraient pas oublier la vraie raison de leur présence à Winhill : trouver le trafiquant d’armes.

Peu de temps après, ils s’étaient donnés rendez-vous dans la cour pour se rendre à la gare et prendre le train transcontinental. Zack s’était chargé poliment des affaires de sa coéquipière et des siennes en les rangeant dans le compartiment à bagage pendant qu’elle cherchait une cabine pour eux deux. Il l’avait alors rejoint.

« Alors ? Prêtes à jouer ma petite amie ? »

Lui demanda-t-il en s’asseyant à côté d’elle avec un petit sourire malicieux. Zack s’affala sur le dossier de leur siège et tout en croisant ses bras derrière sa tête, il se mit à penser à Winhill où il avait grandi et avait passé tant de temps à s’entraîner, à son père et... à sa mère... Sa mine se rembrunit d’un coup. Le jeune homme chassa ses idées noires et reprit en s’efforçant de sourire :

« Je te présenterai mon père.
Tu verras, il est sympa mais ne lui parle pas de son passé de SEED, il se referme quand on aborde le sujet... »

La situation était comique à sa manière car Zack faisait des recommandations à son amie comme si elle était vraiment sa petite amie. En effet, la jeune femme était au courant d’une partie de l’histoire de Zack : que son père était un ancien SEED de rang A et qu’il avait déserté pour une raison inconnu.

Kramer avait en estime le père de Zack donc avait délibérément caché la vrai raison de son départ pour ne pas ternir sa mémoire et sa réputation et le jeune homme n’avait pas voulu en dire plus car certaines blessures devaient rester cachées et il n’aimait pas spécialement parler de cette partie de sa vie, même à la jolie Selena.

— -

Après plus de quinze jours sans la moindre mission à l’horizon et mes nerfs qui commençaient sérieusement à me jouer des tours, j’avais accueilli avec un soupir de soulagement mon ordre de mission. Comme toujours (et à ma demande), il était arrivé sur mon téléphone. Je n’aimais pas que mon nom résonne dans toute la BGU lorsque Kramer voulait me convoquer. Il lui suffisait de me dire qu’il avait besoin de me voir. Beaucoup plus simple non ? Oui, je trouve aussi.

Enfin bref, je me dirigeais d’un pas alerte vers l’ascenseur. J’espérais vraiment que cette mission serait moins ennuyeuse que l’ancienne. J’appuyais avec impatience sur le bouton du 2ème étage. Les portes à peine ouvertes, je tombais nez à nez avec Zack. Bizarre, qu’est-ce qu’il venait faire ici. Lui et Papy Kramer avaient l’air de m’attendre… Une mission avec mon petit Zackounet se profilait-elle à l’horizon ? Cela faisait des années que nous nous connaissions et nous n’avions jamais fait la moindre mission ensemble. Bon, il est vrai que les SOLDAT se mélangeaient rarement à nous autres, le commun des mortels. Le fait qu’on m’envoie avec lui était un genre d’honneur non ? Bon, avant de me monter la tête il valait mieux que j’écoute ce que notre cher et tendre directeur avait à nous dire.

Appréhender un trafiquant d’arme à Winhill. Jusque-là pas de soucis, je maîtrise. Kramer me rappelle que c’est la ville natale de Zack. Il connait donc une bonne partie des habitants ce qui peut être un avantage mais aussi un inconvénient. Les gens là-bas sauront donc qu’il est du SEED (même s’ils ne savent pas qu’il est bien plus que ça). Ça ne m’explique pas mon rôle dans toute cette histoire. C’est alors que Kramer crache le morceau. Pour moi, c’est une mission d’infiltration. Je serais la petite amie de Zack à qui il fait visiter son village. J’échange un regard amusé avec mon compagnon. Zack et moi ? En couple ? Il est marrant. Non ? Bon d’accord j’admets que le résumé de cette mission a allumé comme une petite étincelle chez moi. Même si c’est pour faire semblant, pendant les jours à venir, nous serons un couple. Voilà qui venait réveiller tous les fantasmes idiots que j’avais enterrés quand Brenda m’avait appris son histoire avec Kate il y a quelques années.

Il était maintenant temps d’aller préparer mes affaires et de réfléchir à ma couverture. Je ne pouvais pas dire que j’étais du SEED, cela attirerait bien trop l’attention. Non, il fallait que je me fonde dans le décor et que je joue la petite chose inoffensive. Je sortais donc le sac que j’utilisais lorsque je partais en vacances et posais quelques robes, des vestes et deux-trois paires de chaussures.
Parmi elles, il y avait des bottes dans lesquels je glissais mon pistolet préféré. Je cachais également mes gants de combat dans un coin du sac. Je ne pouvais malheureusement pas emporter mon arc, il aurait été beaucoup trop voyant.

Il ne me restait plus qu’à enfiler une jolie petite robe grise, courte mais pas vulgaire et sans décolleté ainsi que des petits talons. J’étais fin prête pour le rôle de la petite amie modèle.

Une fois bien installée dans le train, j’en profitais pour quitter mes chaussures. Les talons, c’est bien beau, mais ça fait mal aux pieds ! Zack me rejoint quelques instants plus tard, il avait du trouver où déposer nos bagages. Alors qu’il me demandait si j’étais prête à jouer sa petite amie tout en s’asseyant à côté de moi, je pris doucement son visage entre mes mains et le rapprocha à quelques centimètres du mien.

« Première règle de l’infiltration, on ne joue pas. Pour les quelques jours à venir, je SUIS ta petite amie. Il faut que les gens y croient. Oh ! Et je ne fais pas partie du SEED sinon les gens seront méfiants. »

De mon index, j’appuis légèrement sur le bout de son nez pour le faire reculer. Il se laisse ensuite aller sur le dossier de son fauteuil et son regard se perd dans le vide. Je respecte ça et reste quelques instants silencieuse. Lorsqu’il me parle de son père, je souris à pleine dents. On dirait vraiment qu’il me fait les recommandations d’usage avant une rencontre avec les parents. Mon sourire perd en intensité lorsqu’il me dit d’éviter de parler du passé de son père. Je hoche la tête, montrant ainsi que j’ai compris le sérieux de sa demande.

« Bien compris. J’ai hâte de voir s’il te ressemble ! Je te dirais bien que je te présenterais mes parents mais en fait… Tu les as déjà rencontrés.
Et puis on ne se voit plus. »

Bon, j’en avais peut être un peu trop dit sur le coup. Je n’avais jamais dit à Zack que mes parents étaient ceux qui avaient fait des expériences sur lui. J’avais toujours trouvé ça trop… bizarre. Autant rester mystérieuse. Peut-être qu’il ne poserait pas trop de question. Retrouvant mon naturel optimiste, je me tournais vers Zack.

« Il faut qu’on mette au point notre couverture ! Alors, comment est-ce qu’on s’est rencontré ? Notre premier baiser ? Quand est-ce que tu as su que j’étais la femme de ta vie ? Comment on va appeler nos enfants ? »

Bon, les premières questions étaient sérieuses mais je dois avouer que je me suis un peu laissée allée sur la fin.

— -

C’était la première mission que Zack allait exécuter avec Selena depuis qu’ils se connaissaient et il était plutôt ravi de cette opportunité. Il avait confiance en les capacités de la jeune femme car il avait entendu beaucoup de bien sur elle puis il l’avait déjà vu combattre.
Oui, Selena serait une bonne coéquipière, il en était sûr et qui plus est, cette mission serait une bonne occasion de passer du temps avec elle en dehors de la BGU, dans un cadre plus intimiste on va dire. Non pas qu’il espérait se retrouver spécialement seul avec elle mais il trouvait ça fun de partager ce type de mission où ils allaient devoir faire semblant d’être en couple. Bah quoi ? De toute manière, ils passaient déjà leur temps à s’amuser et plaisanter en se lançant des perches alors ça ne les changerait pas de d’habitude sauf que là, ce serait pour le travail. Quoi qu’être le petit copain de « Sexy Selena » pendant une durée indéterminée, mais de préférence courte pour le père Kramer, était vraisemblablement le moyen d’arrêter de se voiler la face sur leur relation non ?

Selena commençait bien la mission car à peine Zack l’avait rejoint dans la cabine et lui demandait si elle était prête à jouer le rôle de sa petite amie que celle-ci attirait son visage à elle dangereusement. Ils étaient tellement proche l’un de l’autre qu’il pouvait sentir le souffle chaud de la jeune fille sur son visage lorsqu’elle lui répondit :

« Première règle de l’infiltration, on ne joue pas. Pour les quelques jours à venir, je SUIS ta petite amie. Il faut que les gens y croient. Oh ! Et je ne fais pas partie du SEED sinon les gens seront méfiants. »

Zack n’eut même pas le temps de répondre qu’elle le repoussait déjà loin d’elle mais son visage affichait un sourire amusé et entendu, signe qu’il avait compris le message. Il s’affala alors sur son siège à côté d’elle d’un air pensif puis le jeune homme lui parla de son père qu’il va lui présenter et de ce qu’il ne fallait pas parler devant lui sans rentrer dans les détails. Selena acquiesce et rétorque :

« Bien compris. J’ai hâte de voir s’il te ressemble ! Je te dirais bien que je te présenterais mes parents mais en fait… Tu les as déjà rencontrés.
Et puis on ne se voit plus. »

« Tu verras bien par toi-même ! »

Lui répondit-il en riant. Généralement, on dit qu’il ressemblait beaucoup à son père mais en réalité, il avait pris de ses deux parents. Malheureusement, peu de gens avaient connu sa mère dans le village où il avait grandit donc les villageois disaient qu’il tenait de son père. Seuls ceux ayant connus ses parents dans le passé pouvait reconnaître en lui le visage de ses deux parents et Kramer, le premier.

Zack regarda son amie d’un air intrigué lorsqu’elle parla de ses parents mais n’osa pas l’importuner avec ses questions. Il ne se rappelait pas avoir déjà rencontrés ses parents et pourtant celle-ci venait d’affirmer le contraire. Sa mémoire lui faisait-elle encore défaut ? Ces derniers temps, cela lui arrivait de plus en plus fréquemment. Cela risquait d’être problématique si ce phénomène ne s’arrêtait pas. Le jeune homme apprenait également qu’elle ne les voyait plus. S’était-elle disputée avec eux ? Il ne pensait pas que c’était si conflictuel entre Selena et ses parents mais elle ne voulait sûrement pas en parler sinon elle l’aurait fait depuis longtemps non ? Zack essaierait de revenir sur ce sujet à un moment ou un autre pendant leur mission. C’était le moment pour en apprendre plus sur l’autre intimement. De toute façon, la jeune femme était déjà passée à autre chose :

« Il faut qu’on mette au point notre couverture ! Alors, comment est-ce qu’on s’est rencontré ? Notre premier baiser ? Quand est-ce que tu as su que j’étais la femme de ta vie ? Comment on va appeler nos enfants ? »

Zack chassa son regard intrigué pour ouvrir grand ses yeux comme si elle venait de lui apprendre une nouvelle choquante puis il partit dans un fou rire inexplicable. C’est qu’il n’avait pas du tout pensé à tout ça lui et maintenant, il devait lui fournir des réponses. Le garçon passa sa main dans ses cheveux en tentant de réfléchir à quelques idées puis un sourire malicieux apparut sur ses lèvres.

« Huuum... Puisque tu es en civil, nous n’avons qu’à dire que je t’ai sauvé d’une horrible créature qui voulait s’en prendre à toi ! Notre premier baiser ? Tu me l’as donné gentiment pour me remercier de t’avoir sauvé la vie ! »

Lui répondit-il en gardant son sourire aux lèvres tout en se rapprochant d’elle. Leurs cuisses pouvaient à présent se toucher mais il ne s’arrêta pas là. Tout en rapprochant de plus en plus de son visage de telle sorte que leur nez se frôle, il poursuivi :

« Quant à savoir à partir de quand j’ai su que tu étais la femme de ma vie, je l’ai su dès le moment où je t’ai rencontré...
Tu es sûre que tu veux parler d’enfant maintenant ? »

Non, il ne lui proposait pas de faire des bébés sur la banquette du train mais c’est que pour la question des enfants, elle avait un peu été trop loin la Selena. Zack n’était pas spécialement prêt à assumer la paternité maintenant alors il n’y avait jamais vraiment réfléchi et elle lui posait vraiment une colle.

— -

Tu verras bien ? Il se moquait de moi le petit Zachary. C’était quoi ce suspens foireux ? JE n’avais jamais été très patiente et j’avais vraiment hâte de voir son père.

De toute façon, dès que ça concerne ce cher Zachary, tu es toujours impatiente !

Tiens, cela faisait longtemps que Shem ne s’était pas manifestée. Non pas que ses réflexions mordantes et ses idées perverses me manquaient. J’avoue que je m’étais habituée à sa présence dans un coin de ma tête au bout de toutes ces années. Elle aimait beaucoup Zack d’ailleurs et s’amusait à glisser dans mon subconscient toutes sortes d’images chaud bouillantes. La vilaine !

Je sentais bien qu’il était intrigué par ma réflexion sur mes parents. Il n’insista pas et je me dépêchais de changer de sujet en parlant de notre couverture. Peut-être qu’on pourrait en parler. Mais plus tard, je n’avais pas envie de gâcher l’ambiance de notre voyage.

La petite tête choquée de mon ami me donna envie de rire. D’ailleurs lui-même parti dans un grand fou rire. Il était vraiment beau quand il riait. Apparemment il ne s’était pas attendu à ce flux de questions. J’avais hâte de savoir ce qu’il allait inventer.
Les yeux brillants, je buvais ses paroles. Alors comme ça il m’avait sauvé la vie et je l’avais remercié d’un baiser.

« Hum, oui, moi, faible femme je me suis retrouvée en fâcheuse position et tu es apparu tel un chevalier blanc pour me sauver. Comment aurais-je pu résister à ces magnifiques yeux bleus ? »

Je ne rigolais qu’à moitié bien sûr. Et voilà que Zack se rapprochait de moi. Je senti sa cuisse entrer en contact avec la mienne. C’est qu’il commençait à faire chaud dans cette cabine. Voilà qu’il approchait son visage si près du mien que nos nez se touchaient. J’arquais un sourcil interrogateur, un petit sourire au coin des lèvres. Qu’est-ce que mon petit Zachary avait en tête ?

Sortez le champagne ! Il a peut-être enfin décidé de passer à l’action. Tant d’années d’attente enfin récompensées. Il me faut du pop-corn !

Je ne faisais même pas cas de Shem, j’avais déjà suffisamment de mal à me concentrer sur ce que me racontait Zachary. Parler d’enfants ? Ah oui, c’est vrai que j’avais ajouté ça. Non, là tout de suite je m’en fiche.

« Là, maintenant, j’ai une autre idée en tête mais je ne sais pas si elle va te plaire. »

Joignant le geste à la parole, je franchissais le léger espace qui restait entre nos lèvres. Cela faisait des années qu’elles me tentaient, les lèvres de Zack. Je dois dire que je n’étais pas déçue du voyage, même si je me demandais comment il allait réagir à ce baiser. A vrai dire, la réaction ne se fit pas attendre et passé le choc premier, il répondit à mon baiser. C’était encore mieux que ce que j’avais pu imaginer. J’avais eu le temps d’imaginer tout un tas de scénarios ces dernières années mais aucun n’impliquaient une mission donnée par Kramer et un train en mouvement. J’ai la réputation d’être une séductrice à la BGU mais en vérité, j’étais plutôt sage depuis mon arrivée à Balamb. Avant, je ne dis pas, mais ces dernières années je n’ai pas fait grand-chose de plus que flirter. De toute façon la moitié de la BGU pense que je sors avec Zack ! Sérieusement !

Je ne saurais dire si le baiser a duré quelques secondes ou une éternité. Lentement, presque à contrecœur, je me détachais de mon ami pour le regarder dans les yeux. Qu’allais-je y lire ? Du choc, de la surprise, du doute ?

Ou pire que tout un air amusé qui voudrais dire que ce baiser n’était qu’un jeu ? J’étais complètement perdue alors que c’était moi l’initiatrice de tout ça. On appelle ça se faire prendre à son propre jeu non ?

— -

« Hum, oui, moi, faible femme je me suis retrouvée en fâcheuse position et tu es apparu tel un chevalier blanc pour me sauver. Comment aurais-je pu résister à ces magnifiques yeux bleus ? »

Zack était ravi que Selena apprécie son idée car à vrai dire, il n’en avait pas d’autres en tête mais il le fut encore plus lorsqu’elle lui fit un compliment sur ses yeux. Le garçon avait l’habitude qu’on lui parle de ses jolis yeux bleus mais lorsque cela venait de son amie, l’effet sur lui était complètement différent. Comment devait-il le prendre au juste ? Etait-ce sa façon de l’amadouer pour qu’il l’a laisse appréhender le trafiquant d’arme qu’ils étaient venus débusquer lorsqu’ils seraient en face de lui ou le pensait-elle vraiment ?

Tu t’poses trop de questions... Elle te dit que t’as d’beaux yeux. Remercie-là et embrasse-là.

Il ne prit pas le temps d’y réfléchir de façon plus approfondie car Bahamut venait de sortir de sa léthargie. Il l’a ramenait toujours quand il ne fallait pas celui-là. Heureusement, Zack avait pris l’habitude avec le temps d’ignorer ses commentaires trop personnels. Parfois c’était dur de résister de lui répondre une bonne réplique cinglante et ils partaient tous deux en joute verbale sauf que pour Bahamut ça se passait dans la tête de Zack et il passait parfois pour un taré auprès des nouveaux cadets. C’était l’amour fou entre eux. Toujours à se chercher et se friter. C’était leur façon à eux de se montrer qu’ils avaient de l’intérêt l’un pour l’autre même si ça n’a pas été facile au début.

Le moment était donc mal choisi pour se poser des questions et ils devaient mettre au point leur couverture non ? Le jeu en valait la chandelle et c’est comme ça qu’il s’était beaucoup plus rapproché d’elle, sentant la jambe de Selena contre la sienne et leur nez rentrer en contact l’un de l’autre. Il devait encore lui révéler depuis quel moment il avait su qu’elle était celle qu’il voulait à ses côtés pour toujours. Il n’eut donc pas de mal à lui dire qu’il le savait depuis le moment où ses yeux étaient rentrés en contact avec les siens. C’était pas mal comme réponse non ?

Good job ! Tu vois quand tu veux. Bon et maintenant sors-nous le grand jeu !

On n’aurait pas dit mais Bahamut s’intéressait de plus en plus aux relations de son hôte avec les autres. Comme si finalement, il reprenait peu à peu confiance en l’être humain... Quoi que Zack devait être l’unique individu pour qui il avait un semblant d’intérêt. Mais pour en revenir au sujet, cette révélation était partiellement vraie. Non à l’heure d’aujourd’hui Zack n’était pas au point de se dire que Selena était la femme de sa vie, loin de là mais il était vrai que lorsqu’il l’avait vu pour la première fois dans la cour de la BGU à son arrivé, il avait ressenti quelque chose de bizarre en lui. N’ayant jamais éprouvé ça dans le passé car il ne s’intéressait pas spécialement aux filles de son village d’enfance, il pouvait aujourd’hui affirmer que ce sentiment était apparenté à de l’attirance envers la jeune fille. Il faut dire qu’elle était plutôt jolie et d’elle, émanait quelque chose de différent de toutes les filles qu’il avait vu. Puis elle avait ouvert la bouche et il n’avait pas pu s’empêcher de l’envoyer balader. En permanence sur la défensive, il s’était toujours enfermé dans une sphère protectrice depuis la mort de sa mère et défendait quiconque de tenter de s’y introduire. Il avait donc pris la question anodine et compatissante de Selena comme une attaque et avait réagi comme tel. La suite, vous l’a connaissez. Son caractère bien trempé avait fait naître en lui un réel intérêt pour elle et petit à petit, il avait commencé à changer, devenir moins secret et surtout plus accessible. En attendant, le parfum qui émanait de la jeune femme l’enivrait, commençant presque à lui faire perdre la tête.
Il restait là à la fixer tandis qu’elle arborait un petit sourire en coin. Le jeune SOLDAT aurait presque envie de l’embrasser...

« Là, maintenant, j’ai une autre idée en tête mais je ne sais pas si elle va te plaire. »

Le jeune homme allait rétorquer du tac-o-tac qu’elle pouvait exposer son idée sans problème mais sa bouche fut prise d’assaut par la jeune femme. Belle illustration de sa réplique précédente. Elle était plutôt sympathique son idée dit donc, tellement que Zack n’eut pas l’envie de mettre fin au baiser et y participait volontiers.

Je crois que je vais pleurer... Mais je vais me contenter de retourner à ma sieste. Sérieux, t’en a mis le temps quand même. Tu devrais m’écouter plus souvent Petit, cela t’éviterait bien des regrets...

C’est vrai que s’il avait su plus tôt que la ribambelle de sensations qu’il avait ressenti en embrassant Selena serait ainsi, Zack aurait peut-être tenté l’expérience plus tôt. Malheureusement, toutes bonnes choses ont une fin et Selena mit un terme doucement à leur échange. Surpris, le garçon l’a regarda presque d’un air outré :

« Hey ! Pourquoi tu t’arrêtes ? »

C’est ainsi que sans lui donner l’occasion de répondre, Zack attrapa Selena par sa hanche droite et de l’autre main la nuque de la jeune femme afin de l’attirer à lui pendant qu’il capturait une nouvelle fois ses lèvres parmi les siennes d’un baiser langoureux. Le jeune homme n’avait pas spécialement d’expérience mais ses gestes s’étaient révélés naturels, Selena avait fait naître en lui un désir qu’il n’avait jusque là jamais soupçonné.

— -

Ce premier baiser avait été totalement magique. Je n’étais même plus capable de réfléchir de façon cohérente, mes neurones semblaient avoir grillé. Je flottais sur un petit nuage, presque incapable de croire ce qui était en train de m’arriver. Zack répondait à mon baiser. Et avec entrain en plus ! Depuis le temps qu’on jouait au chat et à la souris tous les deux, je commençais à croire qu’il ne se passerait jamais rien. Mais me voilà à présent en train d’embrasser mon ami comme si ma vie en dépendait.

Pourtant, il fallut bien à un moment donné se séparer afin que l’un comme l’autre nous puissions respirer. J’avais un petit peu peur d’avoir choqué Zack avec mes avances. Bah oui… Je venais quand même de me jeter à son cou sans aucun signe annonciateur. Je n’avais jamais été une défenseuse de l’idée selon laquelle c’était aux hommes de faire le premier pas. Plus jeune, quand un garçon me plaisait je fonçais sans hésiter et c’était en général payant. Avec Zack, cela n’avait jamais été aussi simple. Il m’avait attiré dès le début bien sur mais au-delà de l’attirance physique, c’était quelqu’un que j’adorais et que je voulais garder dans ma vie le plus longtemps possible. J’avais été irritable pendant des semaines après que Brenda m’ait parlé de son histoire avec Kate. Personne ne s’était jamais douté pourquoi.
Depuis, tout le monde considérait que j’avais un sale caractère et qu’il valait mieux m’éviter quand j’affichais ma tête des mauvais jours. Je n’y peux rien, mon agacement se lit sur mon visage.

Toujours est-il que je m’étais écartée des lèvres douces de mon petit Zachary. J’eu alors le plaisir de constater qu’il n’était pas content du tout que j’interrompe notre baiser.

Tu vois, depuis le temps que je te disais qu’il en avait autant envie que toi !

Alors que je m’apprêtais à envoyer une remarque mentale bien sentie à Shem, Zack me demanda pourquoi je m’étais arrêtée. Alors que j’ouvrais la bouche pour répondre, Zack m’attrapa par la hanche et m’attira à lui pour capturer mes lèvres. Tiens donc, je ne lui connaissais pas ce petit côté sauvage. Pas que cela me déplaise au contraire. J’étais juste surprise car je ne savais pas qu’il avait ça en lui.

Ce baiser n’avait rien à voir avec le précédent. Il était ardent, langoureux et plutôt exigeant. Comme si chacun de nous se libérait d’un grand nombre d’années de frustration. Je n’étais pas dans la position la plus facile, le cou tendu et assise juste à côté de lui. Il était temps de se mettre dans une position plus agréable. Tout en continuant de l’embrasser, je posais mes mains sur ses joues pour ne pas le perdre alors que je me mettais à genou sur la banquette du train avant de placer un genou de chaque côté de ses cuisses. Je ne faisais même pas attention au fait que cette position faisait remonter le bas de ma robe, j’étais trop occupée à embrasser passionnément Zachary. Surtout maintenant que j’étais dans une position beaucoup plus confortable.

Une chose était sûre, Zack savait comment s’y prendre pour me faire tourner la tête. A l’heure actuelle, je n’aurais même pas été capable de me rappeler de mon nom. C’était moi ou il faisait une chaleur torride dans ce compartiment ? Je devais avoir les joues rouges et les yeux brillants. Mes six dernières années d’abstinence se faisaient cruellement ressentir et si on continuait à ce rythme, je risquais sous peu d’abuser de lui. Mais c’était Zack et comme toujours quand il était question de lui, je ne voulais pas brusquer les choses.

Si tu m’écoutais et que tu te montrais plus entreprenante, tu l’aurais dans ton lit tous les soirs depuis des années !

La ferme Shem… C’est mon meilleur ami, pas un gars quelconque avec qui je peux avoir une aventure et l’oublier le lendemain.

C’est vrai que ça défile tellement depuis que tu le connais…

Le souffle court, je me détachais lentement de Zack. J’appuyais mon front contre le sien pour garder un contact et le regardait droit dans les yeux. Lui aussi avait les yeux brillant de désir contenu. Je sentais que mes lèvres étaient gonflées par l’ardeur de notre baiser. Un grand sourire aux lèvres, je lançais d’un ton plus sérieux que ce à quoi j’avais habitué Zack :

« Tu m’avais caché certains de tes talents on dirait ! »

Curieuse, je posais ma main sur son cœur pour voir s’il battait aussi vite que le mien. C’était aussi une excuse pour toucher son corps. Bien sûr j’avais déjà eu l’occasion de le voir parfois en entraînement, même s’il faisait beaucoup moins tomber la chemise que Lucian. L’effet était loin d’être le même, j’étais totalement incapable de rester concentrée sur un combat lorsque Zack se mettait à l’aise. Je trouvais toujours une excuse pour fuir au plus vite. Plus d’une fois il m’avait semblé voir un petit sourire goguenard se dessiner sur les lèvres de Lucian, comme s’il savait, mais il disparaissait si vite que je finissais toujours par me demander si j’avais rêvé. En tout cas, en cet instant précis, je n’aurais pas dit non à une exhibition du torse de Zachary. Et à la possibilité de verrouiller la porte du compartiment aussi. Le tout en toute innocence bien sûr. Bien sûr...

— -

Zack était trop agréablement occupé pour réfléchir aux conséquences maintenant mais sans s’en rendre compte, les deux amis franchissaient à cet instant un cap qu’ils avaient pris tellement de temps à atteindre. On ne peut pas dire que Zack était très timide mais Selena savait à quel point il avait dû passer par différentes étapes avant d’arriver à incarner l’être qu’il était aujourd’hui. Et justement, la jeune femme était celle qui le connaissait le mieux à la BGU. La complexité de leur relation était telle qu’il n’avait jamais su interpréter ses gestes ou ses paroles à son égard car il pensait que cela faisait partie de sa nature. Même s’il n’était pas du genre à écouter les ragots car les filles sont souvent jalouses entre elles, la réputation de Selena était bien établie et même certains mecs qu’il connaissait rêveraient de faire partie de son cercle restreint et plus si affinités. Lucian et lui étaient souvent traités de veinard d’ailleurs alors qu’avec Kate, Zack n’avait pas réfléchi une seconde et pourtant il s’était bien planté. A croire que le garçon se mélangeait les pinceaux en ce qui concernait les relations homme-femme.

Dans le feu de l’action, Zack aida la jeune Seed à changer de position. Il l’a laissa glisser sa jambe de l’autre côté de sa cuisse tout en déplaçant sa main gauche, auparavant sur sa hanche pour la positionner sur la cuisse gauche de son amie. De l’autre main, il descendit de sa nuque le long de son dos pour se positionner sur l’autre cuisse dont la robe arborait presque la totalité de ces dernières à présent. Leur baiser était tellement passionné qu’il ne se rendit pas compte que ses mains remontaient petit à petit la robe de son amie. Sa peau était si douce qu’il ne pouvait s’empêcher de la caresser.

Le souffle court, Selena mit doucement fin au baiser une seconde fois. Décidément, elle avait le chic pour arrêter les bonnes choses au mauvais moment. Mais bon, il fallait bien reprendre son souffle non ? Zack serait-il un insatiable ? Non, il comprenait juste réellement pourquoi ses connaissances masculines avaient autant d’attrait pour la jeune femme. Maintenant que le jeune homme avait goûté ses lèvres, il ne se sentait plus capable de s’en passer.

Selena le fixait à présent, front contre front. C’était limite une torture de se faire narguer comme ça. Néanmoins, Zack soutint son regard, le corps encore en feu. Il faisait vraiment très chaud depuis quelques minutes. Comme pour répondre à ce sentiment, le jeune homme se résolu à laisser tomber son pull fin bleu marine qu’il posa sur la banquette à côté d’eux tandis que Selena prit la parole, sa fine main posée sur son torse brûlant :

« Tu m’avais caché certains de tes talents on dirait ! »

Malgré son sourire, son ton était étrangement beaucoup plus sérieux que d’habitude, neutre et sans espièglerie. Zack ne savait pas trop comment prendre la remarque de sa collègue mais sans se démonter il lui répondit son éternel sourire en coin tout en jouant avec les cheveux de la jeune femme qu’il laissait passer entre ses doigts :

« Qu’est ce que je devrais dire de toi ? Je ne te pensais pas si directe...
Mais ça me plait ! »

La main droite de Zack délaissa les cheveux de Selena pour rejoindre la cuisse de cette dernière, elle remonta doucement telle une petite araignée le long de sa hanche puis bifurqua dans son dos jusqu’à la fermeture éclair de sa robe qu’il emprisonna entre ses doigts, l’instant de planter ses yeux bleus dans ceux de sa volcanique amie qui ne semblait pas réagir négativement à son action, il finit par exercer une petite pression sur la fermeture qu’il descendit lentement comme s’il faisait durer le plaisir délibérément.

« Tu ne trouves pas qu’il fait chaud ? Laisses-moi t’aider à te libérer de cette couche superficielle... »

— -

Il était à présent clair que j’avais franchi le point de non-retour. Toutes ses années à se chercher, à se titiller et plus ou moins à s’apprivoiser arrivait maintenant à leur paroxysme. La toute petite partie de moi qui arrivait encore à réfléchir se disait que rien ne serait jamais plus pareil. Tout cela avant de se prendre un coup de pied mental par Shemhazai et de repartir au tréfonds de ma conscience. Ma très chère G-Force ne voulait pas voir tous les efforts qu’elle avait déployé ces dernières années réduits à néant par un sursaut de réflexion.

Si d’ordinaire mes relations avec Zack n’étaient jamais simples, en ce moment même, tout me paraissait très naturel. Trop naturel. Je n’avais plus aucune conscience de mon propre corps. C’était presque effrayant cet effet qu’il avait sur moi. Pour une obsédée du contrôle comme moi, c’était perturbant. Il avait toujours eu beaucoup trop d’effet sur moi. C’est peut-être pour ça que je n’avais jamais rien tenté avant. Pourtant, j’étais loin d’être du genre timide.

Notre nouveau positionnement était beaucoup plus agréable pour moi et à en croire les mains de Zack qui s’activait sur mon dos, cela lui plaisait aussi. Des décharges électriques parcoururent tout mon corps lorsqu’il commença, petit à petit, comme inconsciemment à remonter le bas de ma robe. Il savait définitivement comment me rendre folle. Si je ne voulais pas me liquéfier complètement sur place, il était temps de calmer un peu le jeu. Et surtout que je reprenne mon souffle. Après tout, je n’avais pas l’endurance de Monsieur le SOLDAT… Hum… mes pensées arrivaient en terrain glissant. Les yeux brillants, je me mordillais lentement la lèvre inférieure tandis que mon ami retirait son pull. Il avait donc décidé de m’achever ? Ni tenant plus, je posais doucement ma main sur son torse. Hyne, ce qu’il était chaud ! Ceci dit, je ne devais pas être beaucoup mieux. Sa réponse me surprit. Tout le monde savait pourtant que j’étais directe. Brute de décoffrage parfois même.
Lucian et Aiden se moquaient suffisamment de moi à cause de ça. A la réflexion, c’est vrai que j’ai toujours fait preuve d’un peu plus de prudence et de réserve dès qu’il s’agissait de Zack. Il m’avait toujours donné envie d’être une meilleure version de moi-même. C’est peut-être pour ça que je m’étais assagie par rapport à celle que j’étais lorsque j’étais étudiante à Galbadia.

« Je serais directe plus souvent dans ce cas ! »

Je lui adressais un sourire enjôleur à faire rougir les moines de Hyne. Déjà, ses mains partaient en expédition le long de ma cuisse m’arrachant un petit gémissement que j’essayais de contenir tant bien que mal. Tandis que ses mains atteignaient la fermeture de ma robe, je lui lançais un petit regard interrogatif.
Allait-il faire ce que je pensais qu’il allait faire ? Ça ne me déplaisait pas, au contraire. A l’écoute de sa question, mon sourire s’élargi. Heureusement que j’avais choisi une robe à fermeture et qu’en me préparant j’avais opté pour un ensemble de sous-vêtements sexy. Une femme doit toujours parer à toute opportunité !

Tandis que la fermeture atteignait le bas de sa course folle, je me levais afin de laisser glisser ma robe le long de mon corps. J’ai toujours été une fille assez théâtrale et je n’allais pas laisser passer une occasion pareille. Je laissais à Zack le temps d’admirer la vue avant de reprendre ma position à califourchon sur lui.

« Tu as raison, il fait une chaleur torride ici.
Et toi, tu ne veux pas te mettre un peu plus à l’aise ? »

J’avais bien insisté sur le mot ‘torride’. Toute cette situation, si je l’avais vu à la télévision m’aurait paru trop, trop tout. Mais c’était Zack et c’était moi. Trop n’avait donc pas le même sens. C’était notre moment et il était donc parfait.

Je m’emparais à nouveau de sa bouche, exigeante, possessive. Il était à moi, au moins pour le temps de cette mission et je comptais bien en profiter. Sans trop que je sache comment, une de mes mains s’était retrouvée à jouer avec ses cheveux. A croire, qu’ils m’attiraient ceux-là !

Je me sentais glisser, inexorablement sur la banquette du train tandis que mon compagnon prenait le contrôle. Ce n’était pas si désagréable à la réflexion. Tant que c’était Zack.

— -

« Je serais directe plus souvent dans ce cas ! »

La réplique de la jeune femme le fit sourire, il avait très envie de voir une Selena débridée plus souvent. A vrai dire, Zack se doutait bien qu’elle avait toujours eu un comportement différent avec lui. Il entendait bien les autres parler à la BGU et même s’il n’aimait pas les ragots et qu’il était du genre à s’en foutre et à passer son chemin tellement ça en devenait ridicule. Lorsqu’il s’agissait de Selena, c’était comme si la barrière qu’il avait toujours réussi à maintenir entre lui et les autres tombaient et le son, les flots de parole passaient à travers pour rejoindre le creux de ses oreilles.
Bien sûr, lorsque c’était les filles qui jacassaient, il ne pouvait pas s’empêcher de soupirer et de s’éloigner de ces vipères car elles étaient trop jalouses entre elles d’après lui et étaient toujours en train de se baver dessus. Avec le sexe opposé, il ne pouvait pas vraiment ignorer qu’elle avait beaucoup de succès auprès de ses pairs et qu’elle suscitait autant d’intérêt. Là encore, Zack avait pris l’habitude de prendre la poudre d’escampette car certains mecs ouvraient bien trop leur gueule en voulant faire d’elle une cible, un but mal placé. C’était comme ça que l’on parlait d’une jolie fille ? Parce qu’on ne l’a voyait pas accrochée au bras d’un mec et amourachée alors c’était anormal ? Qu’ils s’occupent tous de leurs affaires, Selena était assez grande pour s’occuper d’elle. Ainsi, si le jeune homme restait dans les parages, il était sûr qu’il serait convoqué dans le bureau de Kramer pour mesures disciplinaires...

Enfin maintenant qu’il sentait cette tension entre eux grandir de plus belle, le jeune SOLDAT se sentait un peu flatté qu’elle daigne s’intéresser quelque peu à lui en des termes plus intimes et ne soupçonnait pas l’effet qu’il avait toujours pu avoir sur la jeune SEED. Bien sûr, Zack était conscient qu’il n’était pas mal lotit mais il n’appréciait pas tellement la manière que certaines filles avaient de le regarder car il s’imaginait presque être un bon gros hamburger maculé de fromages et de bacon avec un triple steak haché et...

STOP ! Ce n’est pas parce que tu raffoles de ce genre de malbouffe que tu peux te comparer à ça ! Il va vraiment falloir que je refasse ta culture culinaire gamin...

Il pensait plutôt à un accompagnement d’une bonne sauce barbecue en fait mais Bahamut était plutôt utile là maintenant car Zack avait beaucoup mieux à faire avec Selena que de penser à la manière dont on le dévorait des yeux d’une façon malsaine. Le jeune homme s’amusait déjà à parcourir les parcelles de peau de son amie, la faisant frissonner à chaque fois qu’il gagnait du terrain. Puis sa main avait atteint un obstacle : la fermeture éclair de la robe de Selena. Contrainte qu’il décida de balayer rapidement malgré son regard intrigué en lui proposant de l’aider à se défaire de sa robe. Le sourire de la jeune femme voulait tout dire et Zack ne s’était pas fait prié alors qu’elle se relevait telle une sirène sortie tout droit des eaux et arborant une silhouette parfaite et des sous-vêtements mettant agréablement ses formes en valeurs.

« Tu as raison, il fait une chaleur torride ici. Et toi, tu ne veux pas te mettre un peu plus à l’aise ? »

Encore une fois, le jeune homme n’attendit pas et pendant qu’il l’attirait déjà de nouveau à lui, elle se repositionnait à califourchon sur lui tout en accaparant sa bouche pour de baisers ardents et jouait dans ses cheveux. Comme c’était agréable venant d’elle. Lui qui n’aimait pas spécialement qu’on le touche et encore moins les cheveux, cheveux qui étaient extrêmement réservés à l’époque aux douces mains de sa mère. Plus personne n’avait eu ce droit depuis si longtemps. Et là, il laissait les barricades tomber et les mains de Selena oeuvrer dans sa chevelure brune. N’y pouvant plus résister une seconde de plus, Zack l’a fit bifurquer sur la banquette du train et alors que leurs baisers s’intensifiaient et qu’il s’intercalait entre ses jambes de gazelles tout en déboutonnant son jean ; soupirant de plaisir pour se mouvoir telle une danse épicurienne dans l’intimité de son âme soeur, ils entendirent frapper à la porte de la cabine : le contrôleur venait pointer leurs billets...

« Deux minutes s’il vous plaît ! »

Avait répondu le jeune Leonhart en se redressant en hâte pour ramasser la robe de sa coéquipière qu’il lui tendit tout aussi rapidement qu’il s’était levé. Il tenait avant tout à préserver l’honneur de Selena et alors qu’il sortait les billets de la poche de sa veste pour les présenter au technicien de contrôle qui venait de pénétrer dans l’enceinte de la pièce, le bougre se rendit compte qu’il avait oublié de reboutonner son pantalon ainsi que de renfiler son pull... Il se mit alors pour la première fois, et à son insu, à rougir jusqu’aux oreilles. Alors ça, il n’aurait jamais prédit que cela lui arriverait un jour...

— -

Je m’étais sentie glisser lentement vers la banquette, mon corps brûlant entrant en contact avec la fraîcheur du faux cuir et me faisant frissonner encore un peu plus. Mais ce n’était rien par rapport à ce que je ressentais tandis que les baisers de Zack s’intensifiaient. Et dire que j’avais passé les six dernières années à m’interroger sur le goût de ses lèvres et la dextérité de sa bouche. Bref, je n’étais pas déçue, loin de là. Tandis qu’il venait se caler entre mes jambes, je ne pus retenir un petit gémissement d’impatience. Six années d’abstinence, c’était trop pour moi, Zack m’avait fait atteindre le point de non-retour. Tandis que je le voyais déboutonner son pantalon, mes pupilles s’étrécirent. Mes fantasmes les plus secrets allaient-ils finalement prendre corps ? Si on m’avait dit en début de matinée que je me retrouverais dans cette position, j’aurais sans doute éclaté de rire. Et pourtant… Je ne voudrais surtout pas être ailleurs. Inconsciemment, mon corps s’arquait pour venir à la rencontre de celui de mon presque-amant. Mes mains étaient agrippées à ses épaules au point d’y laisser sans doute les marques de mes ongles.

Et soudain… Un coup sec à la porte, le froid foudroyant et pénétrant tandis que Zack se relève et me tend ma robe. J’en aurais hurlé de dépit s’il n’avait pas fallu que j’enfile ma robe. Pas moyen de refermer la fermeture plus qu’à mi-dos dans toute cette précipitation. De toute façon, si le contrôleur n’était pas totalement idiot, il comprendrait très vite ce qui s’était passé ici enfin… presque passé.

Ca y est, le fameux contrôleur venait d’entrer. C’était un petit jeunot sans doute fraîchement embauché. De lui ou de Zack, je ne saurais dire qui était le plus gêné. Me plaçant devant Zack, je lui plantais un petit bisou sur la joue sous le regard effaré du contrôleur. Tandis qu’il était occupé à regarder nos têtes j’en profitais pour refermer rapidement et discrètement son pantalon. Pour une fois que les exercices de pickpocket de Lucian se révélaient utiles… Je l’informerai peut-être à l’occasion que c’était très pratique pour déshabiller ou habiller les jeunes hommes.

Je me retournais ensuite vers notre pauvre petit contrôleur visiblement toujours sonné. Il se mit à bégayer et à me tendre les billets d’une main presque tremblotante.

« V-v-v-os billets, Ma-mad’moiselle »

Je lui adressais un sourire tellement éblouissant que le pauvre petit en perdit encore plus ses moyens. Penchant légèrement la tête sur le côté, je l’interrogeais.

« Savez-vous dans combien de temps nous arriverons à Winhill ? »

Il mit quelques instants à me répondre, trop occupé à secouer la tête et à se remettre dans la peau du contrôleur strict et sérieux.

« Nous arriverons d’ici une dizaine de minutes. Je vous conseille de rester bien assis sur vos sièges. Chacun le sien je veux dire. »

S’il savait combien j’étais frustrée il ne lancerait pas ce genre de phrase. C’était très mauvais pour ma santé mentale.

« J’essaierais de rester sage. »

J’avais dit ça avec un tel sérieux que le pauvre petit ne savait pas du tout comment il devait le prendre. Les joues de nouveaux cramoisies, il fila sans demander son reste. Une fois qu’il eut quitté le compartiment, j’éclatais d’un rire nerveux. Mon dieu, ça avait été vraiment gênant. Une fois mon calme retrouvé, je posais mon regard sur Zack qui s’était installé pile en face de moi. Il n’en fallu pas plus pour que le courant de tout à l’heure revienne et que j’ai de nouveau envie de faire voler nos vêtements. D’un mouvement souple, je bondis vers le siège à côté du sien afin de dissiper tout malaise qui pourrait résulter de cette petite interruption. J’en profitais pour lui tendre son pull que j’avais ramassé au passage.

« Et si on profitait de ces quelques minutes pour se rendre de nouveau présentable ? Sinon c’est sûr, ton père aura tellement peur pour ta vertu qu’il me condamnera à la chambre d’ami ! »

Je lui adressais un petit clin d’œil tout en remettant de l’ordre dans ma chevelure en bataille. Pour mes joues rouges et mes yeux brillants par contre, il n’y avait rien à faire.

— -

Se retrouver ainsi dénudé devant un petit jeune en uniforme était franchement gênant pour Zack. Non pas qu’il était pudique car dévoiler son torse, il s’en foutait royal et puis après l’entraînement avec les autres gars à la BGU, ils prenaient tous leur douche dans le vestiaire donc se retrouver à poils ne lui mettait pas le bourdon non plus. Non, c’était le fait que son accoutrement et le reste du bazar dans la cabine fassent nettement comprendre que ce n’était pas un tsunami qui était passé par là et il y avait encore moins eu une dispute d’amoureux car il aurait été peu probable que leurs visages soient aussi exaltés en sa présence. Quoi que... En y réfléchissant bien et connaissant le caractère de chacun, il est fort possible que Zack et Selena puisse avoir une dispute violente se transformant en câlins extrêmes... Mais nous n’en sommes pas là actuellement et croyez-le ou pas, le jeune homme se retrouve comme un con planté devant le contrôleur qui semble également tout aussi gêné.

Heureusement Wonder Selena vient à la rescousse et se place devant lui non sans l’embrasser sur la joue comme pour provoquer toujours plus le jeune garçon qui les regarde sans savoir où se mettre.
Habile comme elle est, la jeune femme parvint même à remonter la braguette de son amant sans regarder. Zack était effaré de voir une telle aisance d’action de sa part. Selena l’étonnerait toujours haha.
Surtout qu’elle se servait maintenant de son charme pour faire les yeux doux au contrôleur :

« Savez-vous dans combien de temps nous arriverons à Winhill ? »

« Nous arriverons d’ici une dizaine de minutes. Je vous conseille de rester bien assis sur vos sièges. Chacun le sien je veux dire. »

« J’essaierais de rester sage. »

Cette réplique de Selena eut le don de faire pouffer de rire le jeune brunet qui plaqua aussitôt sa main sur sa bouche lorsque sa partenaire se retourna pour le regarder d’un air sévère. Mais quoi ? Avez-vous vu déjà Selena être sage ? Sérieusement, cela n’arrive pratiquement jamais hein, on le sait tous.
Même le petit gars doutait de sa parole. Enfin, il finit par quitter le compartiment, laissant nos deux tourtereaux seuls, l’un face à l’autre qui ne tardèrent pas à éclater de rire en chœur comme pour relâcher la pression. Zack prit place en face de sa coéquipière et un blanc se fit sentir. Que faire maintenant ? Ils avaient laissé quelque chose d’inachevé tout à l’heure et la manière qu’elle avait de le fixer n’allait pas tarder à faire renaître cette tension présente depuis le début. La jeune femme bondit sur le siège à côté de lui et tandis qu’il allait lui demander ce qui l’avait piqué pour se réincarner en puce sauteuse qu’elle lui tendait déjà son pull, l’incitant à se rhabiller.

« Et si on profitait de ces quelques minutes pour se rendre de nouveau présentable ? Sinon c’est sûr, ton père aura tellement peur pour ta vertu qu’il me condamnera à la chambre d’ami ! »

Un large sourire s’afficha sur le visage du jeune combattant. C’était bien une réplique de fille ça. Les hommes ne s’en faisaient jamais pour leur vertu ou celles de leurs fils. Peut-être était-ce un peu sexiste mais ils avaient plus tendance à vouloir protéger celle de leurs filles. Enfin, Zack n’avait rien à craindre de cela vis-à-vis de son père. En y repensant, Aingeal n’avait jamais vraiment parlé de sexualité avec son fils. Leurs sujets favoris étaient centrés sur le combat, comment améliorer sa technique, affaiblir un ennemi ou d’autres sujets plus basiques comme la vie à la BGU. Enfin, il regardait son amie remettre de l’ordre dans ses cheveux peinant à cacher l’émotion de ses joues et dans ses yeux. Zack prit son pull des mains de Selena et en profita pour lui prendre un baiser à la volée :

« Un dernier pour la route ! »

Avait-il répondu en lui tirant la langue tout en renfilant son pull. Il profita du fait que Selena s’arrange pour ranger un peu la cabine puis se rassit près de la fenêtre, observant le train ralentir la cadence et les paysages de son enfance devenir de plus en plus clairs et facile à suivre de la fenêtre.

« Ca y est on arrive ! Il ne faut pas qu’on traîne car on doit encore prendre l’hydravion pour rejoindre Winhill ! »

Le jeune excité attrapa la main de sa partenaire et l’attira hors de la cabine, chercher leurs affaires. Quelques minutes après, ils se dirigèrent vers l’aérodrome pour grimper dans un hydravion. Winhill étant isolée par rapport aux autres villes de Galbadia, elle n’avait pas de voie routière ou ferroviaire à cause de la présence des montagnes qui la rendait accessible seulement par la mer ou par les airs. Ainsi, l’hydravion était l’engin idéal pour la rejoindre puisque ce petit avion était doté de flotteurs lui permettant d’atterrir sur de l’eau ou d’en décoller tout aussi facilement. Le petit avion était essentiellement petit alors les deux jeunes premiers étaient serrés l’un contre l’autre.
Bien dans son rôle et la main de Selena toujours dans la sienne, il lui commentait en direct la vue qu’ils avaient de l’avion. Puis ils arrivèrent enfin à Winhill. Déjà sur la rive, Aingeal Leonhart attendait ses convives. Cet homme grand et fort dont les traits vieillis par le temps n’avaient pas trop touché à la beauté de son visage. Il ne faisait sans aucun doute que Zack avait hérité sa musculature et sa taille de son père. Les pieds sur la terre ferme, la main de sa mie bien ancrée dans la sienne, il se dirigea vers le paternel d’un pas bien assuré. Les deux hommes se serrèrent la main dans un premier temps puis finalement Aingeal attira son fils à lui pour le serrer dans les bras :

« Comment tu vas mon fils ? »

« Hey ! On fait aller ! »

Lui répondit-il en s’extirpant bien rapidement de l’étreinte de son père un peu gêné de tant d’effluve de sentiments. Le regard de son père se posa sur la jeune Selena aux côté de son fils puis revint sur son fils qu’il interrogea d’un air rieur :

« Alors ? Qui est cette jolie fleur que tu me ramènes-là ?
Tu ne nous présentes pas ? »

Zack ne se fit pas prier et attira un peu plus en avant son amie afin qu’elle sorte de son ombre car elle était restée jusqu’alors un peu en retrait à moitié derrière lui :

« Papa... Je te présente Selena, ma petite amie.
Selena... Voici mon père, Aingeal. »

« Tout le plaisir est pour moi de faire votre connaissance Mademoiselle. Je commençais à désespérer de voir un jour venir ici une jeune femme. »

Le père de Zack fit un signe de tête envers la jeune femme un large sourire aux lèvres. Il n’osait pas vraiment être trop familier avec elle car il ne l’a connaissait pas encore mais il avait l’air d’apprécier les goûts de son fils. D’après les dires d’Aingeal, Selena pouvait rapidement comprendre que la relation avec Kate n’avait pas été suffisamment sérieuse pour que Zack ose la présenter à son père mais surtout que Zack n’avait jamais présenté de fille à son paternel. Mais cette information était à double tranchant car si aujourd’hui elle le rencontrait, ce n’était bien sûr que par le biais d’une mission malheureusement. Tout à coup, un petit tintement se fit entendre.
Zack regarda rapidement sa montre autour du poignet, pensant son père occupé à cuisiner Selena sur les raisons qui ont fait qu’elle s’était laissée séduire par son bougre de fils. C’était Kramer qui lui demandait s’ils étaient bien arrivés. Le jeune homme répondit rapidement au message et remit sa manche en place.

« Bon ! Et si on rejoignait la maison ? J’ai une faim de loup Papa ! »

Mais le père Aingeal n’était pas dupe. Tout aussi occupé avec Selena, il n’avait pas perdu une miette des faits et gestes de son fils et semblait bien comprendre que son fils n’était pas seulement venu pour lui présenter sa charmante petite copine. Si celle-ci était bien sa compagne bien sûr...

— -

Alors comme ça Zack ne me pensait pas capable de rester sage ? Doutait-il de mon professionnalisme ? Tss, tss, tss, homme de peu de foi. Je lui adressais un regard noir. Ce n’était pas le moment de vexer le contrôleur. Il n’y avait pourtant pas vraiment à s’en faire de ce côté-là, le jeunot se dépêcha de fuir le compartiment comme s’il avait le diable aux trousses. Cette situation avait été tellement absurde que ni Zack ni moi n’avions pu retenir notre fou rire.
Il n’y avait vraiment qu’à nous que ce genre de choses arrivait. Quelle belle équipe de bras cassés ! Je me doutais bien que ce devait être une première pour lui.
Ce n’est pas en mission avec Lucian qu’il se serait laissé aller comme ça. Enfin je l’espérais en tout cas. Tandis que je m’installais tout contre lui pour lui parler de sa vertu, il m’afficha un sourire insolent. Il ferait moins le malin s’il savait les pensées qui m’habitaient.

Moi je les connais et franchement, j’en suis presque choquée, c’est pour dire.

Tiens donc, Shem était sortie de sa léthargie. Il ne manquait plus que ça !

Tandis que j’essayais de me redonner un tant soit peu de convenance, Zack en profita pour me voler un baiser. Je l’aurais bien laissé me voler bien plus mais nous avions une mission. Mon compagnon commençait déjà à aller et venir dans la cabine à ramasser des choses un peu partout. Alors que le train ralentissait, j’attrapais mes talons et avec un petit soupir je les réenfilais. Je ne pouvais m’empêcher de sourire en l’observant. On aurait vraiment dit un petit garçon. Le train était à peine arrivé qu’il me traînait déjà dehors. Il ne nous restait plus qu’à récupérer nos valises et déjà, Zack me conduisait d’une main de maître vers l’hydravion. Je n’avais jamais pris un tel moyen de transport. Le fait d’être tout contre Zack n’était pas pour me déranger. J’en profitais donc pour poser ma tête contre son épaule et regarder par les hublots. Sa main sur la mienne, son corps si proche de moi et sa voix qui me berçait tandis qu’on approchait de sa ville natale… C’était juste parfait. Je regrettais juste que notre couverture ne soit pas plus réelle.

Nous arrivions enfin à Winhill. Je me redressais un peu pour observer notre descente. Tandis que nous descendions de l’aéronef, un homme dans la fleur de l’âge vint à notre rencontre. Il ne faisait pas de toute qu’il s’agissait du père de Zack. Il y avait quelque chose de tellement semblable dans leur posture.
Et c’était un bel homme, on ne pouvait pas le nier. Il y avait de bons gènes dans la famille. J’observais les retrouvailles père-fils avec un petit sourire attendri. Mes parents m’aimaient à leur façon, je le savais mais ils n’avaient jamais été très démonstratifs. Je leur en voulais toujours pour ce qu’ils faisaient subir aux SOLDATS. Ça ne voulait pas dire que je ne les aimais pas.

C’est alors que le regard du père de Zack se posa sur moi. Il était assez intimidant dans son genre mais il se dégageait de lui énormément de gentillesse. Poussé par son père, Zack fit les présentations et j’affichais un large sourire à Aingeal.

« Enchantée ! »

Aingeal Leonhart était d’un abord plutôt facile finalement. Il essayait clairement de me mettre à l’aise. Je notais dans un coin de ma tête que Zack n’avait jamais emmené personne ici. J’étais la première fille à être invitée ici. Cela m’aurait sans doute fait plus plaisir si ce n’avait pas été dans le cadre d’une mission imposée.

La montre de Zack et son léger tintement ne fit que me rappeler que je n’étais pas ici en vacances mais bel et bien dans le cadre du SEED.

« Pour que Zack vous ai fait venir jusqu’ici vous devez être une jeune fille bien spéciale. Il est très discret sur sa vie sentimentale en général. »

Cela eu le don de me détendre et même de lâcher un léger petit rire.

« C’est vrai. J’ai même dû le poursuivre pour qu’il s’intéresse à moi. Même s’il dit que c’est faux. »

C’était sorti de façon spontanée. Bien que ce ne fût pas totalement en contradiction avec ma couverture, il fallait que je me reprenne même si je n’avais vraiment pas envie de raconter des histoires au père de l’homme de ma vie.

Zack vint me sauver la mise en demandant à ce qu’on se dirige vers la maison des Leonhart. Ainsi, on serait deux à répondre aux questions gênantes qui n’allaient pas tarder à suivre. Il ne restait plus qu’à prier pour que mes joues, ces traîtresses, ne se mettent pas à rougir dès que mon compagnon parlerait de notre couverture.

« Au fait, comment vous êtes-vous rencontrés tous les deux ? Ça fait longtemps que tu me caches cette charmante jeune fille, Zack ? »

J’échangeais un regard complice avec Zack. C’était son père, à lui de se dépêtrer de cette situation. Je le soutiendrais en cas de besoin. Entre temps, nous étions arrivés à destination.

— -

Pendant que Zack répondait au message envoyé par Cid Kramer via sa montre connectée, Aingeal et Selena faisaient connaissance et ce n’était pas pour déplaire au garçon. Les entendre rire ensemble était une bonne chose.
Le jeune homme se surprit à penser quelques instants à l’idée que cette rencontre se soit passée dans d’autres conditions, un jour qui n’aurait pas été dans le cadre d’une mission. Cela n’aurait pas été si différent vue de l’extérieur mais intérieurement il aurait été sûrement plus à l’aise. Enfin dans le meilleur des cas, son père finirait par comprendre et la prochaine fois qu’il verrait la jeune femme, ils pourraient tous les deux être sincère avec lui.

Une fois l’email envoyé, le jeune homme proposa qu’on se dirige vers la maison. Ce n’est pas ça mais ils devaient déposer leurs affaires, faire un brin de toilette et se restaurer avant d’entamer les choses réelles, celles pour lesquels ils étaient tous les deux venus. Pendant le chemin, le père de Zack les questionna sur leur rencontre :

« Au fait, comment vous êtes-vous rencontrés tous les deux ? Ça fait longtemps que tu me caches cette charmante jeune fille, Zack ? »

Aux questions de son père, Zack se mit à légèrement rougir. Il n’avait vraiment pas l’habitude de parler de sa vie amoureuse avec son père. Et là tout ce qui allait sortir de sa bouche serait entendu par Selena ET son père. Il n’avait pas intérêt à se rater. Et puis zut, son père était un ancien Seed de rang A. Qu’il soit au courant ou pas de leur mission ne serait pas un problème. Il pourrait même leur être d’une grande aide. Peut-être avait-il observé des choses qui sortaient de l’ordinaire ces temps derniers. Zack réfléchissait à potentiellement mettre au courant son paternel des termes de sa mission. Si cela devait arriver, il le ferait une fois arrivé à la maison car ils devaient être très discrets. Enfin, il se reprit rapidement et répondit avec une pleine assurance :

« Notre rencontre fut plutôt drôle en fait. Selena est galbadienne. Originaire de Deling plus précisément. J’ai été envoyé en mission au sein de la forêt où gît la tombe du Roi Inconnu parce qu’une certaine jeune fille un peu trop curieuse et aventurière s’y était aventurée sans savoir que cet endroit était digne d’un labyrinthe... »

Avait-il répondu en jetant un oeil amusé à sa petite amie. Dans le train, les deux Seeds avaient convenu que Zack aurait sauvé la belle de viles créatures. Il fallait bien qu’il brosse un peu le contexte avant d’arriver dans le vif du sujet :

« J’ai fini par la trouver et je pense être arrivé à temps avant qu’elle ne soit blessée par un Ipiria. »

Le jeune SOLDAT eut l’air de réfléchir un instant, pensant au temps qui se serait écoulé entre le moment où il aurait rencontré son amante et aujourd’hui. Son père le scrutait du regard comme s’il analysait ses dires. Ce que disait son fils était plausible mais il attendait la suite pour voir si ce dernier n’allait pas se couper dans ses explications :

« Cela ne fait pas si longtemps que ça Papa, je te rassure. Tu sais bien que je t’en aurais parlé sinon non ? »

Lui répondit-il en lui faisant un petit clin d’oeil. Zack n’avait pas réellement donné d’âge de couple mais il en était conscient car il voulait rester prudent.
Il avait toujours gardé une étroite correspondance manuscrite avec son père alors il lui serait fortement possible de se tromper dans ses repères temporels et il savait son père très fort pour faire le tri dans les informations recueillies. La prudence était donc la meilleure solution pour lui. Aingeal eut l’air d’apprécier la réponse et n’insista pas plus. Ils étaient enfin arrivés à destination. La porte d’entrée ouverte, chacun entrèrent. Zack s’occupa de monter les bagages dans sa chambre et en redescendit presque aussitôt, se postant alors devant sa tendre aimée qu’il dévorait déjà du regard :

« Je te fais visiter les lieux ? »

Il était temps pour Selena de découvrir dans quel univers avait grandit le jeune Leonhart mais aussi de pouvoir débriefer sur la marche à suivre pendant que le père Aingeal allait leur concocter quelque chose à manger.

— -

Ecouter Zack interagir avec son père était vraiment une expérience particulière pour moi. La complicité qu’ils avaient était surprenante. Je n’avais jamais eu ce genre de relation avec mes parents. Pour eux, tout ce qui comptait c’était ma réussite académique. Toutes nos conversations tournaient autour de mes notes et de mon ‘brillant avenir dans la neurochirurgie’. Quand ils ont compris qu’il était hors de question que je suive leurs traces, ils ont complètement jeté l’éponge à mon sujet. Et puis il y a eu la proposition du SOLDAT alors que j’étudiais pour devenir cadre de l’administration galbadienne. Je me suis toujours demandée si c’était vraiment eux qui avaient fait en sorte que je sois retenue. Et puis il y avait eu « l’incident ». Quand j’avais découvert une part de l’atroce réalité derrière le SOLDAT. Je m’inquiétais en permanence pour Zack et Lucian. Ces derniers avaient l’air d’aller bien pourtant mais je les scrutais parfois comme une mère poule.

Tandis que Zack expliquais ma sortie dans la tombe du roi inconnu, je ne pouvais m’empêcher de grimacer. Fallait-il vraiment qu’il ressorte cette histoire ? Oui, sans doute pour ne pas mentir totalement à son père. Il y a quelques années, j’avais eu le malheur de lui raconter une de mes mésaventures de jeunesse. C’était ma première année au G-Garden et j’étais partie en exploration. Seule bien entendu. J’avais toujours adoré les ruines et celles-ci ne faisaient pas exception. Sauf que voilà, avec mon sens de l’orientation inexistant et vu le labyrinthe que constituait les lieux je m’étais perdue. Il m’avait fallu DES HEURES pour en sortir et j’avais fait plusieurs mauvaises rencontres. Bon, dans la vraie version, j’avais réussi à m’en sortir seule de justesse et à me traîner jusqu’à Deling. J’avais été privée de sortie pendant plus d’un mois après cela. Et j’en gardais une cicatrice sous l’omoplate gauche.

Lançant un regard faussement assassin à Zack, j’enchainais d’une voix piteuse qui fit rire Aingeal :

« T’étais vraiment obligé de parler de mon incapacité à m’orienter seule ? »

Tout en discutant, les deux hommes m’avaient mené jusqu’à leur maison. Tandis que Zack montait les marches avec nos valises, je ne pus m’empêcher d’admirer une certaine partie de son anatomie qu’il offrait gracieusement à ma vue.
Ce qui, j’en étais à peu près sûre, n’échappa au regard acéré du père de mon amoureux du jour. Je pouvais déjà sentir mes joues gagner deux teintes dans les tons rouges après cela.

Zack redescendit bien vite pour mon plus grand soulagement. J’adorais le regard qu’il posa sur moi en cet instant tout en me demandant à quel moment il était devenu si bon comédien. Car c’était de la comédie n’est-ce pas ? Pas de mon côté en tout cas. Un grand sourire aux lèvres, je capturais sa main dans la mienne. Je devais avoir l’air d’une parfaite imbécile heureuse mais tant pis, j’assumais.

« Je te suis ! »

Dès la première volée de marche passée et en m’apercevant que nous étions cachés à la vue de tous (comprendre ici, le père de Zack). Je plaquais Zack contre le mur avant de l’embrasser passionnément. Je n’avais aucune espèce d’idée de pourquoi j’étais en train de faire ça mais une petite voix en moi, qui n’avait rien à voir avec Shem cette fois, me soufflait de ne pas laisser passer l’occasion. Je ne savais pas du tout comment mon compagnon de mission allait réagir.

— -

« T’étais vraiment obligé de parler de mon incapacité à m’orienter seule ? »

Si la réaction de Selena avait fait rire Aingeal alors il en était de même pour Zack qui riait en chœur avec son paternel. Intérieurement, il était désolé d’avoir dû ressortir un dossier tel que celui-ci sur son amie mais il lui fallait être un minimum crédible devant son père qui était redoutable pour déceler les mensonges de son fils. Et puis c’était la seule histoire qui lui était venu à l’esprit à ce moment-là. Enfin, comme pour se faire pardonner, le jeune homme entoura le cou de sa coéquipière et l’attira à lui pendant qu’ils faisaient le chemin ensemble vers la maison Leonhart.
Une fois arrivés, Zack avait laissé Selena aux mains de son père pendant qu’il avait entreprit de monter les bagages dans sa chambre. Puis parce qu’ils devaient parfaire leur plan pour le lendemain, il prétexta devant son père qu’il allait faire visiter les lieux à leur hôte. Aingeal les laissa donc faire le tour de la maison, même si ce n’était pas vraiment au goût de la jeune femme qui avait tout autre chose dans la tête à accomplir dans les prochaines minutes à venir...

Et Zack qui était sérieux sur son coup - même si le regard dévorant qu’il lui avait lancé était très parlant - avait prit la main de Selena dans la sienne et montait les escaliers à ses côtés mais sans comprendre vraiment comment, il s’était retrouvé coincé contre un mur à embrasser une Selena passionnée. Etonné par ce retournement de situation car il ne s’attendait vraiment pas à ce que son amie agisse de cette manière, le jeune homme répondit très favorablement au baiser de sa partenaire puis la prenant dans ses bras telle une jeune mariée, il poursuivi l’escalade des quelques dernières marches les menant à l’étage et se dirigea vers sa chambre où il déposa sa partenaire sur son lit en prenant soin d’envoyer valser les draps pour le défaire. Cette fois-ci, il était hors de question de faire autant durer le plaisir que dans le train où les deux se cherchaient et apprenaient à connaître le corps de l’autre.
Ils devaient finir ce qu’ils avaient commencé et c’est bien ce que Selena lui avait fait comprendre dans les escaliers en se jetant sur lui non ?

Partageant des baisers fougueux avec la jeune Seed, Zack s’attela à lui faire quitter sa robe pour la seconde fois ainsi que ses fameux sous-vêtements qui lui avaient fait de l’oeil auparavant tout en laissant Selena l’aider à se débarrasser de son pull, son jean et de son boxer. A partir de là, les deux jeunes amants se laissèrent aller à leurs instincts naturels ardents. Zack avait bien pensé lors d’un petit moment de lucidité à fouiller adroitement dans le tiroir de sa table de nuit un ou deux préservatifs mais honnêtement depuis qu’il était parti pour la Balamb Garden University, les rares fois où il était revenu chez son père, il n’y avait vraisemblablement pas touché. La péremption de ces condoms devaient déjà être passées malheureusement et il espérait intérieurement que Selena prenne ce traitement hormonal que les femmes prenaient parfois. Comment ça s’appelait déjà ? Pilule ? Il serait franchement fâcheux pour les deux combattants de se retrouver avec un mini Zack ou une mini Selena dans les 9 prochains mois n’est-ce pas ?

***

Le jour se levant, Zack ouvrit les yeux sur une Selena bien endormie sur son torse. Un petit sourire aux lèvres limite béat, il lui caressait les cheveux en la regardant dormir comme un bébé. Pour le coup, ils étaient tellement KO qu’ils avaient fini par s’endormir dans les bras l’un de l’autre et n’étaient finalement pas redescendu pour manger avec Aingeal. Ce dernier n’avait pas cherché à les appeler ou à aller les chercher même s’il les avaient un peu attendus avant de finalement passer à table sans eux. Il savait que la route avait pu être fatigante et que respirer le bon air de Winhill leur avaient fait sûrement du bien quitte à ce que Morphée leur tende ses bras. Pour le père Leonhart, ils étaient assez grand pour savoir qui de la faim ou de la fatigue était la plus grande alors ils pouvaient bien se débrouiller. Tant pis pour le succulent repas qu’il leur avait préparé, ils avaient fait leur choix et lui se régalait les papilles.

— -

N’écoutant que mon instinct, j’avais littéralement sauté sur Zack. La suite est rapidement devenue hors de contrôle. Mais du genre bon hors de contrôle. Sans trop savoir comment, mes jambes avaient quitté le sol et je me retrouvais dans les bras de Zack. Jamais je n’aurais imaginé me retrouver dans ce genre de situation quand j’avais reçu mon ordre de mission. Cette recherche de trafiquant se révélait plutôt agréable en fait.

Zack me déposa ensuite délicatement sur le lit. L’instant d’après nous alternions baisers passionnés et arrachage frénétique de vêtements. Je laisse la suite à votre imagination bande de petits coquins !

Au petit matin, je pouvais sentir une chaleur inhabituelle autour de moi. Je mis quelques temps à me rendre compte que j’étais blottie contre le torse de Zack. Zack ! Je n’aurais jamais cru que cela arriverait un jour mais par Hyne, qu’est-ce que c’était agréable ! Tandis que j’ouvrais lentement les yeux, je laissais mes doigts courir lentement sur le torse de mon amant. Amant… C’était tellement bizarre de qualifier Zack ainsi.
Mais en cet instant c’est clairement ce qu’il était. Et un amant sacrément doué en plus ! Je levais les yeux vers lui avant de lui adresser un sourire resplendissant de femme comblée.

« Bonjour toi ! »

Après avoir déposé un baiser sur ses lèvres je replaçais ma tête tout contre son torse de façon à respirer son odeur. Je sentais la fraîcheur de la pièce sur mon dos nu mais je n’en avais rien à faire. Je savais que ces moments seraient courts et qu’il allait nous falloir nous lever afin de mener à bien notre mission. Après quelques minutes de câlinage, je me levais afin de prendre la direction de la salle de bain attenante à la chambre. Je ne prenais même pas la peine de cacher ma nudité, me contentant d’adresser un petit sourire à Zachary.

Une petite douche rapide me ferait le plus grand bien. Je pouvais sentir l’eau chaude détendre mes muscles encore un peu endoloris de mes activités sportives de la veille. C’est que je n’avais plus l’habitude. J’empruntais le shampoing et le gel douche de Zack, souriant à l’idée de lui voler un peu de son odeur.
Décidément, je faisais une fixation la dessus…

Une fois toute propre et fraîche, je sortais de la douche pour m’enrouler dans une des serviettes qui m’attendaient bien en évidence. Il ne me restait plus qu’à fouiller dans ma valise avant de revêtir ma tenue du jour… et m’amuser un peu aux dépends de mon amant. En effet, si je n’avais rien dit depuis tout à l’heure, je ne me privais pas pour lui jeter des œillades enflammées. Et la suite n’allait pas aller en s’améliorant. Tranquillement, je sorti ma paire de porte jarretelles d’infiltration. Le principe ? Pouvoir cacher facilement un petit poignard sous mes robes. Pratique. Invisible. Inratable. Venait ensuite la paire de bas, une petite robe près du corps, sous-vêtements et des hauts talons.

Avec une lenteur calculée et tout en observant Zack, j’enfilais mes sous-vêtements puis le porte jarretelle avant de coincer le poignard contre ma cuisse droite, côté intérieur. Vint ensuite ma paire de bas que je fis remonter lentement et sensuellement le long de mes jambes. Avec un dernier sourire, j’entrais dans ma petite robe et la lissa de façon à ce qu’elle épouse mes courbes. Mes talons en main je lui lançais d’un petit air innocent en tournant sur moi-même.

« Ma tenue te plait ? »

Il allait bien falloir que l’un de nous deux se décide à parler de la mission, mais je n’avais pas envie de briser la magie de cet instant.

— -

Regarder Selena dormir était un passe-temps qui plaisait à Zack. Ses jolis yeux clos et sa poitrine en mouvement lorsqu’elle respirait alors qu’elle était agréablement posée tout contre lui. Il ne pouvait s’empêcher de passer sa main le long de sa joue ou de ses bras, provoquant de légers chair-de-poule sur la peau de la jeune femme.
A force de la titiller, il était obligé de constater qu’il avait fini par la réveiller puisque celle-ci ouvrait doucement les yeux, arborant un si merveilleux sourire :

« Bonjour toi ! »

« Hey bonjour. Bien dormis ?
J’en reviens pas, même au réveil tu restes très attirante... »

Lui avait-il répondu après avoir partagé un doux baiser avec la jeune femme puis arborant un sourire plaisantin sur ses lèvres. Zack était d’humeur taquine ce matin. C’est alors que Selena s’était relevée et engagée dans la salle de bain telle une déesse sans prendre la peine de se rhabiller comme si elle voulait le narguer et illustrer la réplique du jeune homme. Elle était si sûre d’elle et elle avait bien raison car être doté d’un physique pareille, ce n’était pas toutes les filles qui pouvaient s’en vanter. Le jeune homme l’aurait bien suivi dans la salle de bain pour la rejoindre sous la douche et faire des bêtises dessous mais avant qu’il ne puisse atteindre la pièce - car oui il s’était déjà levé et il ne lui restait plus que quelques pas pour atteindre le but du Saint Graal - sa montre bipa. Damn it ! Les câlins mouillés n’étaient pas pour maintenant. Le jeune homme changea donc de trajectoire et se dirigea vers son bureau où était posée sa montre. Il venait de recevoir un message de Cid qui lui demandait s’ils étaient bien arrivés et s’ils avaient déjà des pistes. Zack se rassit sur son lit, adossé au mur et allait répondre à son supérieur lorsque Selena la tombeuse sorti de la salle de bain enroulée dans une serviette. Les regards qu’elle lui lançait pendant qu’elle se préparait ne laissaient pas son coéquipier indifférent mais il devait répondre à Cid et la laisser se préparer tranquillement. Chose qu’il n’arriva finalement pas à faire puisque la curiosité étant plus forte, le Soldat n’arrêtait pas de lorgner sur son amante qui n’arrêtait pas de l’aguicher avec ses accessoires. Selena avait vraiment pensé à tout...

Enfin prête et après avoir bien torturé Zack, la jeune Seed osa lui demander de son petit air innocent tout en ayant prit soin de tourner sur elle-même pour montrer sa jolie tenue :
« Ma tenue te plait ? »

« Tu es parfaite.
Tellement que je m’amuserai bien à tout retirer là maintenant... »

Répondit Zack en sautant du lit et parcourant le peu d’espace qui le séparait de son amie d’un air déterminé et dans son simple appareil.
Au dernier moment, il fit un petit pas de côté et rejoignit la salle de bain, laissant couler l’eau de la douche, il passa la tête par l’entrebâillement de la porte et envoya sa montre à son équipière - avec les réflexes qu’elle avait, il était sûr qu’elle la rattraperait sans problème :

« Kramer veut savoir si le voyage s’est bien passé et où on en est. Je te laisse lui répondre ? »

Zack avait déjà disparu sous les jets d’eau - remarquant par ailleurs que son gel douche et son shampoing avait changé de place, un sourire s’afficha sur ses lèvres pendant qu’il les prenait - Selena était passée par là on dirait.
Il allait profiter de son brin de toilette pour se raser un peu également afin d’être plus présentable car ce n’était plus une barbe de trois jours qu’il avait et il devait être clean pour son rôle de jeune premier.
***

Tous les deux prêts et après avoir rapidement débriefé avec Cid Kramer en toute discrétions, les deux jeunes amants descendirent au rez-de-chaussée. Ils découvrirent sur la table un petit mot d’Aingeal qui leur indiquait qu’il était parti en ville faire quelques courses et qu’ils ne s’inquiètent pas de son absence. Le père de Zack suggéra également à son fils de faire visiter les alentours à son invitée et de ne pas hésiter à prendre dans les provisions qu’il restait s’ils voulaient faire un pique-nique ce midi. Sage proposition. C’était de toute manière l’excuse qu’ils comptaient utiliser pour justifier leur absence de la journée. Une grande journée les attendait...

— -

Torturer Zack, c’était un passe-temps qui me plaisait bien. Ce n’était pourtant pas forcément mon genre en règle générale. Titiller, aguicher, je ne le faisais plus une fois passée l’étape du flirt. Mais c’était Zack et c’était différent. Et puis en toute honnêteté, ça faisait cinq ans que je ne m’étais pas retrouvée ainsi dans la chambre d’un homme. En fait, c’était même la première fois car à l’époque mes compagnons n’étaient pas tout à fait encore des hommes.

Ne me rappelle pas tout ce gâchis… Tu as intérêt à te rattraper sinon je considérerais vraiment cette association avec toi comme une erreur. Passer un tel potentiel sous silence… A ta place mon lit ne serait jamais vide crois-moi !

Je connaissais déjà l’avis de Shem sur la question. Si je l’avais écoutée, les rumeurs qui me poursuivaient où que j’aille auraient été beaucoup plus que de simples rumeurs. Elles auraient été des faits avérés. Oh bien sûr, j’avais bien pensé à leur donner du grain à moudre. Je l’avais fait involontairement à l’époque avec mon amitié particulière avec Lachlan. Mais j’étais totalement incapable de me donner à quelqu’un sans un minimum de confiance. J’étais plutôt méfiante. Pas assez ceci dit vu l’issue de mes relations avec Mat comme avec Lachlan.

Mon petit manège terminé, je laissais Zack admirer le résultat tout en tournant sur moi-même. Le son de sa voix grave envisageant de tout me retirer fit courir des frissons tout le long de mon corps. Je n’allais certainement pas l’en empêcher surtout en le voyant se diriger vers moi.
Seulement voilà, ce tentateur fourbe avait d’autres idées en tête. Il avait à son tour décidé de me torturer. Tandis qu’il pénétrait dans la salle de bain et me lançait sa montre, je laissais échapper un petit soupir frustré. D’une main, je réceptionnais adroitement l’objet du délit.

Tandis que Zack commençait ses ablutions, je manœuvrais habilement Cid entre une masse d’information plus ou moins inutiles et un flot de jargon technique de façon à lui donner l’impression que nous étions beaucoup plus avancé dans notre travail que nous le l’étions en réalité. J’étais douée pour ça. Faire en sorte qu’à la fin de mes tirades la personne oublie ce qu’elle m’avait posé comme question au début.
Tandis que j’entendais des murmures à l’autre bout du fil, Cid m’informa qu’il nous rappellerait dans quelques instants afin de nous donner ses dernières indications. Heureusement pour nous, Zack était déjà sorti de la douche quand sa montre se mit de nouveau à sonner.
***

Dans un petit village comme Winhill, tout le monde connaissait tout le monde. D’après les informations que nous avait confié Kramer, le trafic n’était localisé là-bas que depuis peu de temps. Si Zack connaissait la plupart des habitants, il avait été absent longtemps et ses séjours rapides de ses dernières années ne nous permettaient pas d’avoir une vision d’ensemble des locaux. Non, ce qu’il nous fallait, c’était une concierge. Pas la profession, non. Il y a dans tout village ou dans tout quartier cette personne, collée à sa fenêtre et qui connait le nom et l’arbre généalogique de tous les autres habitants. Mine d’information essentielle, cette personne peut presque vous dire qui a toussé pendant son sommeil la veille de la fête des voisins. Cet être essentiel, à Winhill, c’était la fleuriste.

Autant avec Zack qu’avec le Directeur, nous avions convenu qu’il valait mieux que je pose les questions. J’avais l’habitude de recueillir des informations tout en étant sous couverture. De plus, les gens me prenant pour une civile seraient moins méfiants. Le rôle de Zack consisterait à démêler les différentes bribes d’informations que je collecterai tout en les comparant à ce qu’il savait lui-même du village.

Main dans la main, Zack et moi nous dirigions donc vers la boutique de la fleuriste tout en saluant gaiement toutes les connaissances de mon ami. J’en profitais pour pipeletter de tout et de rien, espérant attraper une information utile. Ce n’était pour le moment pas très concluant. Une fois présentée à une bonne partie des personnes se baladant dans la rue, nous étions enfin arrivés devant la boutique. C’était à mon tour de jouer. J’allais devoir dévoiler à Zack mes talents d’actrice.

« Oh Zack ! Regarde ces fleurs comme elles sont magnifiques ! »

Je lui adressais mon plus beau regard rempli d’étoiles. L’invitation était claire, subtilement féminine et se décodait ainsi. ‘Chéri s’il te plait rentrons dans cette boutique et si possible offre moi des fleurs’. Pas sûre que Zack aurait saisi l’allusion en temps normal mais je l’avais briefé sur le chemin quand il m’avait indiqué qui était la commère du coin.

Bien vite la vieille fleuriste apparu devant nous, observant nos mains liées avec une satisfaction évidente.

« Ca alors ! Le petit Zachary nous ramène enfin une jolie jeune fille. Je commençais à désespérer. Et bien alors jeune homme, où sont tes manières, présente moi cette perle rare ! »

Je rougissais sous ce flux de parole tandis que Zack faisait les présentations. Comme je l’espérais, tandis que Zack se mettait à observer les fleurs, la vieille dame m’entraina un peu à l’écart pour étancher sa curiosité.
J’en profitais pour la mener habillement à me donner les informations dont j’avais besoin. Au bout de trente minutes de bavardages, j’avais appris que de plus en plus de gens venaient à Winhill ces derniers temps. Des Galbadiens. Des habitants de Timber. Mais jamais en même temps, comme s’il existait un genre de roulement. Sinon, la vie à Winhill était plus monotone que jamais. Quelques couples s’étaient installés avec leurs enfants il y a quelques années. Le tenancier du pub avait pris sa retraite et était rentré dans son village natal. J’avais tiqué sur cette information. Le pub m’avait pourtant semblé ouvert la veille quand nous étions passés devant. La fleuriste m’apprit très vite qu’il avait été repris il y a peu. Sur le ton de la conspiration, elle m’ajouta discrètement que le nouveau barman était un vrai plaisir pour les yeux.

Je jetais discrètement un coup d’œil à Zack. La fleuriste gloussa, pensant que j’avais peur qu’il ne soit jaloux. En réalité, c’était plutôt pour lui faire comprendre que l’information dont nous avions besoin était là. Et aussi qu’il devait me sortir de ce guêpier pour que ma nouvelle « amie » nous laisse enfin partir.

— -

Le plan établis et les rôles distribués durant la mission, Zalena étaient fin prêt pour entreprendre les choses sérieuses : s’attaquer au trafic d’arme sévissant à Winhill. Les deux jeunes amoureux se dirigeaient gaiement, main dans la main, vers la boutique d’Antonina la fleuriste et accessoirement la personne la plus informée du village. Sur le chemin, ils avaient rencontrés des connaissances du jeune homme à qui il avait présenté gentiment sa charmante accompagnatrice comme sa « petite amie ». Ils avaient tous été époustouflés par l’alchimie qu’avaient les jeunes amants et les félicitaient pour cela. Zack était ravi que Selena fasse autant bonnes impressions aux personnes qu’il avait un jour côtoyé mais surtout, il jubilait de l’intérieur en voyant au loin les garçons avec qui il avait eu l’habitude de se battre étant plus jeune. Ils étaient tous vert de jalousie de le voir aux bras d’une fille aussi jolie. C’était en soi une belle revanche de les faire rager ainsi et il se contentait alors de s’éloigner, Selena à son bras et un air satisfait sur le visage. Au fond, Zachary se demandait ce que cela donnerait vraiment d’être en couple avec son amie. Il est vrai qu’ils avaient toujours traînés ensemble depuis l’arrivée de la jeune femme à la BGU donc ils se connaissaient plus que bien en terme de goûts. Et vu ce qu’il s’était passé plus tôt, il ne pouvait pas ignorer qu’une réelle attirance existait entre eux ou alors était-ce simulé pour le bien de la mission ? Selena était très douée pour l’infiltration, il le savait et allait encore en être témoin alors que la jeune femme, bien ancrée dans son rôle lui suggérait déjà d’entrer dans le magasin de fleur en vue de se faire offrir un joli bouquet :

« Oh Zack ! Regarde ces fleurs comme elles sont magnifiques ! »

Les yeux émerveillés de son amante parlaient d’eux-mêmes. C’était vraiment fascinant cette manière de faire passer ce type de sentiment à travers ses yeux.
Zack n’en revenait pas et comme déboussolé, il ne réagit pas dans la seconde qui suivit la proposition de Selena. Quelques battements de cils en plus finirent quand même par avoir raison de lui et il comprit rapidement qu’il fallait qu’il joue le jeu comme il avait été convenu une heure plus tôt. Et alors qu’il entraînait déjà la brunette à l’intérieur de la boutique, Antonina les rejoint illico-presto à l’affût de détails croustillants sur leur union :

« Ca alors ! Le petit Zachary nous ramène enfin une jolie jeune fille. Je commençais à désespérer. Et bien alors jeune homme, où sont tes manières, présente moi cette perle rare ! »

Zack ne se fit pas prier et fit immédiatement les présentations puis s’attela à aller faire un tour dans la boutique prétextant qu’il voudrait confectionner un bouquet à la hauteur de sa dulcinée mais en réalité, c’était surtout pour laisser Selena cuisiner la fleuriste tandis qu’il resterait non loin derrière pour démêler les informations car oui, il était certains qu’Antonina chercherait à étancher sa soif de potins en prenant la jeune fille à part. Quelques minutes plus tard, un simple regard de Selena vers lui et il comprit que c’était le moment pour lui d’intervenir.

« Dis-moi Nina, pourrais-tu me faire quelque chose de sensationnel avec ça s’il-te-plait ? »

Lui avait-il demandé en lui tendant un assemblage de fleurs colorés et bien odorantes tandis qu’il reprenait Selena par la main et qu’ils suivirent la professionnelle des fleurs jusqu’au comptoir où elle s’attelait déjà à l’ouvrage en poussant des « ohhhh » et des « aaah très bon choix », trop contente de participer au bonheur de jeunes amoureux. Des Dahlias orange pour exprimer une déclaration extravagante associés à des Gardénias blanc pour sublimer la beauté de son amante et à des Pivoines jaune pour révéler un désir de protection et de fidélité. Bon en réalité, Zack ne connaissait rien aux fleurs mais il les avait trouvé jolis alors il s’était fié à son instinct comme à son habitude, ne savant pas que son choix exprimerait ce type de messages. Est-ce que Selena comprenait le langage des fleurs ? Si tel était le cas, il serait bien dans le pétrin car lui-même n’était pas encore réellement conscient de cet émoi qu’il pouvait ressentir pour elle...

Le bouquet en main, Zack paya généreusement la fleuriste et le tendit à sa mie en lui déposant un baiser amoureux sur ses lèvres et sous les yeux adulateurs de la confectionneuse de bouquets. Il était maintenant temps d’aller manger un bout et de parler de la suite à venir. Une fois dehors, le regard pétillant de Zack se posa sur Selena et il lui dit en toute discrétion :

« Tu es douée. Je comprends pourquoi Cid a eu confiance en toi pour faire équipe avec moi. On devrait faire ça plus souvent ! »

Instinctivement, il reprit son amie par la main. Le jeune homme connaissait bien le coin alors il décida de mener la jeune femme dans un superbe parc où ils s’arrêtèrent au pied d’une petite cascade naturelle. Là, il installa la petite nappe sur la pelouse et posa le panier de pique-nique en invitant la jeune Seed à s’assoir en face de lui.

« Le pub n’ouvre que ce soir. On devrait passer avant aux archives de la mairie. Ils doivent avoir de vieux plans du bâtiment nous permettant de repérer toutes les issues possible même les moins visibles de l’extérieur. »

Le jeune Zachary servit sa partenaire à boire et à manger en faisant mine de réfléchir. Il faudrait peut-être repasser à la maison pour ne pas créer de soupçons vis-à-vis de son père mais aussi changer de tenue car les deux jeunes n’étaient pas tellement raccord avec le style vestimentaire à avoir pour ce type de bar. En jetant un oeil aux fleurs posées à côté de Selena, il enchaîna :

« Il serait dommage de laisser ces fleurs faner. On devrait aussi repasser par chez moi pour les mettre dans l’eau, ca te feras un souvenir de Winhill. Et par la même occasion se changer pour ce soir. »

Sa réplique s’accompagna d’un petit clin d’oeil amusé. Zack était vraiment content de se retrouver dans sa ville d’enfance avec Selena. C’était peut-être la première fille qu’il ramenait avec lui ici mais que ce choix se porte sur elle était véritablement le meilleur choix possible finalement. Au fond de lui, il n’aurait pas voulu qu’il en soit autrement...

— -

Zack avait détourné l’attention de la fameuse Nina en lui tendant un paquet de fleurs dont l’odeur vint chatouiller mes narines. J’adorais les boutiques de fleur depuis qu’une de mes couvertures lors de mes infiltrations m’avait obligé à travailler dans une boutique. Cette boutique était spécialisée dans la création de bouquets délivrant des messages, j’avais donc petit à petit appris la signification des fleurs. C’est donc avec surprise que je découvrais les fleurs que Zack me destinait. C’était carrément une déclaration d’amour et je ne pouvais pas m’empêcher de rougir sous l’air appréciateur de la vendeuse. Apparemment, le message était bien passé pour elle aussi. Ça allait rapidement faire le tour du village.

Après nos ébats d’hier soir, j’avais eu peur que la situation devienne tendue ou qu’il regrette ce qu’il s’était passé. Mais les choses s’étaient plutôt passées en douceur. Je ne savais plus vraiment où on en était tous les deux. Je ne voulais pas d’une nouvelle amitié ‘et plus si affinité’. Lachlan m’avait vaccinée à jamais de ce genre de relation. Au début, avec lui cela avait été de la découverte puis après mon histoire intense mais finalement calamiteuse avec Mateusz, je cherchais auprès de lui le réconfort et la sensation d’être aimée. C’était ensuite devenu plus une habitude qu’autre chose. J’avais très peur de ce que j’éprouvais avec Zack. Je perdais le contrôle et le contrôle était tout dans ma vie. C’était effrayant, mais au moins, les choses semblaient couler toutes seules. Rien d’alarmant.

Une fois le bouquet terminé, Zack me l’offrit agrémenté d’un doux baiser. Je ne pus m’empêcher de sourire, mes craintes s’envolant comme par magie. Il était maintenant temps de quitter ma nouvelle amie. Je lui adressais un signe de main enthousiaste tandis que Zack m’escortait jusqu’à la sortie. Son commentaire me fit sourire.

« C’est pour ça qu’on me confie les infiltrations qui nécessitent de jouer un rôle sur la durée. La contrepartie c’est d’être moins souvent à la BGU. »

Il avait pris ma main et pour une fois, j’appréciais que quelqu’un d’autre décide de la marche à suivre. Je le suivit docilement – oui vous avez bien lu - jusqu’à un charmant petit parc. Je l’observais installer notre pique-nique, le sourire toujours collé au visage. Cette mission ressemblait presque à une réelle escapade amoureuse. Le trafiquant d’armes en plus.

M’installant sur la nappe, je l’écoutais avec attention, tentant de réprimer un fou rire mais n’y tenant plus à la fin.

« Excuse-moi. C’est une très bonne idée pour les plans mais… si on nous voit entrer à la mairie, t’es conscient de ce que vont penser les gens ? »

Il était évident que les fouines locales allaient penser que l’on se renseignait sur un potentiel mariage. Surtout vu le… rôle ? d’amoureux transis qu’on leur servait depuis le matin.

Le repas fut vite englouti et notre passage à la mairie rapide et concluant. J’avais pris en photo les plans afin que nous puissions les étudier tranquillement une fois chez Zack.

***

Les fleurs avaient été mises dans l’eau et les plans savamment décortiqués. Je m’étais changée pour une petite robe noire courte et un perfecto en cuir. Rien d’extravagant mais une tenue convenable pour la jeune fille de Deling en sortie que j’étais (et que je devais jouer. Quelle bonne couverture !). Il ne nous fallait pas arriver trop tôt pour ne pas éveiller l’attention mais pas trop tard non plus.

Fin prête, je descendis les escaliers afin de retrouver Zachary et son père. Il nous fit les recommandations d’usage avant de nous laisser partir. Mon fidèle poignard bien au chaud contre ma cuisse et un pistolet dans mon sac à main, j’étais fin prête.

Le pub était bien rempli, mais pas tellement par des habitants de Winhill. A croire que des étrangers avaient fait le chemin jusqu’ici rien que pour s’envoyer quelques verres. Rien que ça, c’était suspect en soi. Winhill était un village plutôt reculé. Pas un lieu de passage hautement touristique donc. Nous commandions nos verres tout en observant le bar. Pour le moment, il ne se passait rien. Mais pas mal d’hommes semblaient avoir des problèmes de vessie et se diriger vers les toilettes, l’air tendu. C’était plus un truc de fille en général. Sur les plans, une pièce de stockage avec une sortie sur la cour arrière apparaissait également.

« Je t’abandonnes quelques instants. »

Je lançais un clin d’œil à Zack avant de lui déposer un baiser sur la joue et de lui murmurer.

« Si je ne suis pas de retour d’ici quinze minutes, vient me chercher dans la cour arrière. »

Il fallait qu’il reste non seulement pour valider leur couverture, mais surtout parce que tout Winhill savait ce qu’il faisait dans la vie. Pour eux, j’étais juste la petite amie inoffensive. Ils seraient moins tendus.
En plus, quelqu’un devait surveiller le barman qui était très certainement dans le coup. D’une façon ou d’une autre, il donnait des instructions aux clients et ce serait à Zack de découvrir comment. Je me rendais donc dans les toilettes pour femme pour parfaire mon alibi. Une fenêtre ovale, en hauteur et qui s’ouvrait par clé donnait sur une cour peu éclairée. Bien sûr, elle était fermée. J’ôtais une de mes épingles à cheveux et trifouillais habilement la serrure, heureuse que les leçons de Megara ait porté leurs fruits. Pour se faire, j’avais du escalader le lavabo et je priais pour que personne d’autre n’ait l’idée saugrenue d’entrer dans les toilettes. Je pouvais à présent entendre la conversation à l’extérieur. « Le fric d’abord. Ensuite seulement la marchandise. » Oh ! Me voilà au cœur de l’action on dirait. « Si tu essaies de m’entuber, il te descend compris ? » il y avait donc au moins 3 hommes dans la cour. Peut-être plus. M’accoudant à la fenêtre, je tentais de passer discrètement ma tête à l’extérieur. En réalité, ils étaient cinq, tous armés. Cela faisait bien 10 minutes que j’avais laissé Zack. Il viendrait me sauver en cas de besoin. Je terminais donc de me hisser à la fenêtre avant de me laisser retomber délicatement sur le sol. Pendant la manipulation, j’avais laissé mes chaussures tomber dans le lavabo. Si Zack me cherchait, il les verrait certainement. Avec sa carrure, il ne pourrait pas passer par la fenêtre mais il n’aurait pas besoin d’être discret. Lui pourrait se permettre de passer par le local donnant sur la cour.

J’avais atterri sur le sol avec souplesse sans attirer l’attention des hommes. La situation s’était envenimée et l’un d’eux braquait son arme sur celui que j’identifiais comme le trafiquant. Attrapant mon poignard, je le lançais avec force sur la main de l’homme afin de le désarmer. Alors qu’ils cherchaient encore d’où venait le poignard, je m’élançais vers eux, mon arme à la main. Elle était plus dissuasive qu’autre chose car je n’excellais pas dans les armes à feu. Comme tout SEED, je les maîtrisais mais j’étais meilleure au corps à corps. C’est pour ça que je l’utilisais afin de les assommer tandis que je les mettais au tapis avec des prises d’arts martiaux. J’utilisais majoritairement mes pieds et mes coudes afin de venir à bout de plusieurs assaillants à la fois. Pour l’un d’eux, je me contentais de lui jeter avec force mon arme en plein visage. C’était vraiment du menu fretin. Quelques secondes me suffit à les mettre k.o. Je sécurisais ensuite le trafiquant que je devais ramener, bloquant ses bras pour qu’il ne s’enfuie pas.

La situation se compliqua quand je vis le barman et deux serveurs débarquer, l’air inquiétant. Jusque-là tout s’était pourtant bien passé. Mais que faisait Zack ?

— -

« Excuse-moi. C’est une très bonne idée pour les plans mais… si on nous voit entrer à la mairie, t’es conscient de ce que vont penser les gens ? »

Les joues du jeune Zack n’avaient pas pu s’empêcher de se teinter de rose. Il était tellement à l’aise avec Selena qu’il ne faisait pas toujours attention à ce qu’il disait et là ça avait été tellement naturel de sa part, persuadé qu’il parlait pour la réussite de la mission. Un mariage l’unissant lui à Selena... Les deux amis partirent alors dans un fou rire qui ne s’arrêta que quelques minutes plus tard. C’était bon d’avoir des moments de complicités comme ceux-là. S’il avait su à cet instant que les mois à venir allaient être orageux au niveau de leur relation, peut-être qu’il l’aurait vécu autrement. Un peu moins de spontanéité et plus de sérieux envers son amie peut-être...

Arrivés chez les Leonhart, ils avaient bien bossés sur les plans du bar. Zack s’était mis en tenue décontractée mais assez classe pour une sortie en soirée tout en oubliant pas de s’équiper en cas de conflit bien sûr. Lorsque ce fut le moment de partir, il attendit en bas que Selena finisse de se préparer et lorsqu’elle le rejoignit, ses yeux s’écarquillèrent. Sa tenue était simple mais ce que dégageait la jeune femme ne laissait vraiment pas indifférent son hôte. Zack n’avait pas pour habitude de faire attention à la manière dont s’habillait son amie lorsqu’ils étaient à la BGU comme si la routine prenait le pas sur les autres choses mais le moment où la Seed descendit les marches de l’escalier central fut pour lui comme une décharge électrique. Que se passait-il donc dans la tête du SOLDAT ? Ou le coeur plutôt non ? Quelle perspicacité Bahamut. Aingeal ayant compris ce qu’il se tramait, intervint en les exhortant de faire attention une fois là-bas puis tout en leur souhaitant une bonne soirée, il les accompagna jusqu’à l’entrée.

Au pub, Zack ne reconnaissait pas grand monde. Fait qui l’étonna, il échangea un rapide coup d’oeil avec sa cavalière qui comprit tout de suite ce que cela signifiait. Tout deux se dirigèrent tranquillement vers le comptoir pour commander à boire et le regard de Selena se porta vers une zone reculée du bar où des hommes s’y rendaient à intervalles régulières. Un instant après, la jeune femme se tourna vers lui :

« Je t’abandonnes quelques instants. »

Selena accompagna sa réplique d’un clin d’oeil en sa direction puis se pencha vers lui pour lui dire dans un murmure à peine audible dans ce brouhaha :

« Si je ne suis pas de retour d’ici quinze minutes, vient me chercher dans la cour arrière. »

Cela ne plaisait pas trop au Mister Leonhart de laisser Selena aller se jeter dans la gueule du loup mais ses craintes s’estompèrent presque illico presto car il savait que la Seed était une redoutable combattante et que si elle devait en venir aux mains, il n’apprécierait pas d’être à la place des hommes en face d’elle. Selena pouvait être une vraie Furie lorsqu’elle s’y mettait. Un léger rictus s’afficha sur ses lèvres en imaginant cette scène tandis qu’il hochait la tête pour lui dire qu’il avait compris le message. Zachary jeta un coup d’oeil à sa montre connectée pour repérer l’heure à laquelle son équipière s’en allait en repérage. Il était 20h15. Il allait donc passer ses prochaines quinze minutes à siroter son verre et observer l’air de rien les environs.

Une serveuse qui venait de traverser la salle, se rendit derrière le comptoir. Elle posa son plateau à côté du Barman l’air de rien et échangea un regard avec lui tandis qu’elle déposait ses pourboires dans sa cagnotte et qu’il jetait la bouteille vide dans un sac. Les yeux de Zack se posèrent sur le dit plateau strictement par hasard et lorsque le Barman récupéra le verre et un des dessous de verre, la légère inclinaison de ce dernier lui fit remarquer qu’il y avait une sorte d’orifice cachant un morceau de papier roulé en boule. C’était quasi imperceptible et au final si on ne savait pas qu’il fallait regarder là, personne ne remarquerait la supercherie. La serveuse voyant en Zack un mec un peu trop curieux, se posta devant lui :

« Hey ! Mais c’est toi Zack ? Tu te rappelle de moi ? On était dans la même classe ! »

Et zut ! Voilà qu’il ne voyait plus rien... Le regard bleu azur du jeune brun se posa sur elle, un peu agacé de prime abord. Puis, il se reprit rapidement. Il venait de la reconnaître. Cette fille qui était toujours au premier rang avec des lunettes et une queue de cheval bien dressée. Cette gamine qui le dévisageait toujours du regard à l’époque sans qu’il comprenne pourquoi. Bah elle avait bien changée en tout cas. Fini les lunettes, elle les avait échangé par des lentilles de contacts révélant ses yeux bleu marine et profond. Terminé la queue de cheval bien droite et stricte. Elle l’avait remplacée par une chevelure dorée en bataille qui lui donnait un air audacieux. Même son physique s’était embelli. A en regarder le comptoir et les cagnottes des employés, il comprenait pourquoi la sienne était la plus remplie. La jeune femme était la serveuse la plus populaire à tous les coups. Le vilain petit canard était devenue un cygne mais en attendant le cygne lui barrait le chemin...

« Oui bien sûr. Cyrine, 1er rang et toujours en tête de classement.
Tu as bien changée. »

Le sourire satisfait de la serveuse s’élargit, ravie apparemment que le jeune homme se souvienne d’elle. Ils échangèrent encore quelques minutes puis lorsque la blondine se décala enfin, il remarqua que le Barman avait déjà disparu avec le dessous de verre qu’il voulait soigneusement inspecter. Bien joué Zack. Pendant que tu roucoules avec la serveuse, Selena est peut-être dans de sales draps. Mais oui Selena ! Zack retroussa rapidement sa manche. Il s’était déjà écoulé dix bonnes minutes. Cette Cyrine lui avait fait perdre son temps car il avait manqué d’intercepter le message caché. La jeune femme avait fait diversion, il en était sûr et il devait rejoindre Selena au plus vite...

« Excuse-moi ! Il faut que j’aille rejoindre l’entrée, j’attends un camarade. Ravi de t’avoir revu Cyrine. »

« Oh pas autant que moi, j’en suis sûre... »

Venait-elle de lui répondre en lui glissant un numéro dans la poche arrière de son pantalon. Se faire tripoter le derrière par une gonzesse qu’il n’avait pas revu depuis des années, fait. Super... Bon Zack n’avait pas le temps de penser à ça. Il rejoint l’entrée d’un pas décidé puis une fois que la serveuse eut le dos tourné, il fit volte-face et partit vers la droite pour rejoindre les toilettes. Sans faire gaffe aux yeux effarouchés des femmes qui le voyait entrer dans leur salle d’eau, il se glissa à l’intérieur et reconnu les chaussures de Selena dans l’évier. La fenêtre étant évidemment ouverte, il savait déjà par où celle-ci s’était faufilée. Une vraie gymnaste. Mais ça, il le savait.
Après tout, il avait eu toute la nuit dernière pour s’en rendre compte...

Dehors, ça s’était envenimé on dirait. Des hommes se trouvaient au sol, KO et Selena tenait un homme entre ses mains qu’elle empêchait de s’enfuir. Zack fit demi-tour et sortit des WC. Alors qu’il se dirigeait vers la porte menant à la cour extérieure, il vit devant lui le fameux Barman qui s’était éclipsé plus tôt accompagné de deux serveurs. Il n’allait pas casser l’effet de surprise n’est-ce pas ? Le SOLDAT attrapa le 1er serveur par le cou et lui fit une prise le mettant KO en même pas une seconde. Le second se retourna vers lui et l’attaqua avec ses poings. Zack encaissa. Cela tombait bien, ses abdos étaient gonflés à bloc.
Mais malchance pour le serveur, Zack frappa son genou avec son pied lui causant une fracture. Ainsi trop occupé à chouiner, il n’eut pas le temps de sortir son arme et tenait sa jambe entre ses mains.
Le jeune homme n’avait plus qu’à s’occuper du Barman qui semblait beaucoup plus résistant et combatif que ces larbins. Mais plus que ça, il était fourbe car il venait de sortir une arme à feu et alors qu’il allait l’utiliser - ce n’était pas sans compter sur la rapidité d’action de Monsieur Leonhart qui dans le même temps avait sortit une dague ancienne celtique et l’avait lancée en direction de son ennemi. Cela s’appelait un tir croisé. La dague s’était plantée sous le bras porteur du Barman qui avait donc dévié son tir mais Zachary l’avait échappé belle car il avait entendu siffler la balle près de son visage.

Une balle en pleine tête, ça n’aurait pas été du joli-joli.

Le « petit dragon » avait raison. Zack s’approcha de lui, la veine du front bien gonflé. Il était tenté de récupérer sa dague tout de suite mais avec ça, l’autre enfoiré allait faire une hémorragie. Il se contenta donc de lui asséner un gros coup sur la tête et celui-ci perdit connaissance. Se tournant vers Selena, il lui dit :

« On a le plus important, le trafiquant et celui qui communique les ordres. Sans ces deux-là le business est interrompu. Ca va toi ? »

Zack avança vers elle et s’adressa au trafiquant :

« Elle est où est ta cargaison ? »

Devant son silence, les yeux de Zachary se posèrent sur Selena à qui il s’adressa en ne cachant guère son impatience :

« Tu le fais parler ou je le fais ? »

Puisque Selena l’avait entre les mains, il l’a laissa faire et se contenta d’attacher avec de solides liens le barman. Puis attrapant d’une main sa dague, de l’autre main, il lança un sort de soin car ils devaient garder les hommes à la tête de ce trafic d’arme vivants.

***

Zalena avaient réussi en tout point leur mission. Le trafiquant d’arme et son bras-droit avaient été appréhendés par les autorités locales et tout le stock d’arme confisqué. Leurs complices, y compris la jeune Cyrine avaient aussi été embarqués par la cavalerie. Le calme pouvait donc revenir à Winhill et Zalena repartir pour Balamb faire leur rapport à Cid Kramer. Le temps de récupérer leurs affaires et de manger un dernier repas avec le paternel de Zack et les deux alliés prirent le chemin du retour. Le trajet passa plus rapidement qu’à l’aller mais Zack était étrangement silencieux, la fatigue y aidant, il passa quasiment tout le trajet à dormir bien calé sur les genoux de Selena. Pendant ce temps, même si la jeune femme en profitait pour s’assoupir également, elle avait eu tout aussi bien le temps de commencer à cogiter sur leur aventure dans tous les sens du terme... L’orage allait bientôt faire rage et cela ne présageait rien de bon pour nos chers tourtereaux...



Navigation

Mots-clés de l’article

Articles de la rubrique

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur

Brèves

30 juin 2006 - Vaut-il mieux être jacinthe ou cactus ?

Vaut-il mieux être jacinthe ou cactus ?
Vaut-il mieux être jacinthe ou cactus ? Certains vous (...)