03 - Enquête sur les garous

Journal de Calinira
vendredi 18 novembre 2005
par  yoda
popularité : 91%

Au fil des jours, il devient de plus en plus difficile de se nourrir. Une rumeur court, faisant état de personnes disparaissant la nuit, de crimes crapuleux. Je me félicite par conséquent d’avoir fait connaissance avec un beau poète du nom d’Eschyle, même si je ne me suis guère abreuvée à lui. Il nous semble que ces crimes sont un fait des garous, aussi faisons-nous de notre mieux pour les débusquer. Les gardes que nous avons posté pour surveiller les accès disparaissent systématiquement. Xérès a l’idée de poser un piège, et nous consultons un chasseur pour nous aider. Celui-ci pense que c’est un centaure qui rôde dans la campagne la nuit, et nous l’encourageons dans cette idée. Nous travaillons à effectuer un plan des égouts, ce qui nous permet de dénicher une sortie discrète près du quartier des temples. Si j’étais un garou, c’est certainement par là que je sortirais des égouts pour commettre mes forfaits.

À défaut de pouvoir discrètement poser un piège à l’entrée des égouts, nous y étalons de la boue bien lisse afin de pouvoir observer les traces et confirmer nos soupçons. En vain. Aucune empreinte de créature fantastique ne s’y dessine.

À court d’idées, nous rencontrons des personnes de Microthalos qui nous amènent le vieil ermite, Pisandre, sur ordre d’Ercanthos. Il nous explique dans une lettre que Pisandre est son père, et qu’étant trop attaché à son humanité, il fait régulièrement des infants afin e s’affaiblir. Nous voulons l’amener au palais, mais Pisandre s’arrête tout net à l’entrée, refusant d’aller plus loin car Belerophon est un monstre. Cela ne fait que me confirmer dans mes soupçons, mais j’ignore comment il a perçu si vite l’aura maléfique qui se dégage du palais.

Nous l’amenons donc à notre villa, dont nous devons déloger quelques squatters. Afin de me nourrir, je dois laisser mes amis ; Quand je reviens, j’aperçois Xeres qui s’éloigne, et qui reste sourd à mon appel. Pisandre a disparu alors qu’il était seul avec Xeres, et je soupçonne celui-ci d’avoir commis un méfait. Cela est fort dommageable. Non seulement nous avons failli à Ercanthos, mais nous avons également perdu une vieille ombre, source de renseignements. Pisandre nous a appris que nous pouvions avaler de la nourriture humaine, même si nous ignorons encore comment la garder plus de quelques minutes. il nous a également appris que les garous avaient un point faible, une sensibilité particulière aux lames en argent.

Afin de surprenre les garous dans les égouts, Armenios et Tyresias décident de lui fournir une proie, un voleur en prison. Ce plan est encore mauvais, et le prisonnier s’évade en utilisant un passage secret. Nous le retrouvons dans une taverne, mais avant son arrestation, nous avons le temps de surprendre un conversation qu’il a avec le tavernier mentionnant une organisation secrète. Sous notre interrogatoire, bien trop cruel à mon goût, il révèle que cette organisation est politique, elle a pour but de renverser Belerophon pour mettre en place ce qu’il appelle la démocratie.

À cette occasion, Kelindros m’apprend qu’il va être nommé à la tête des armée, et va devoir prêter allégeance au roi au cours d’une cérémonie pendant laquelle ils échangeront leur sang. Tout cela ne me plaît guère, je crains pour Kelindros.


Sites favoris


16 sites référencés dans ce secteur

Brèves

15 mai 2011 - Remise en route du forum

Le forum de la guilde d’Altaride a connu, au fil des années, bien des déboires ! Les versions se (...)

30 décembre 2009 - Forum SpipBB

L’interface Spip servant de cœur à notre site web, le forum fusionne maintenant avec le reste, (...)

8 décembre 2009 - Mise à jour du forum

Le forum, qui était en 3.0.1, est en cours de mise à jour vers la dernière version en date, la (...)

7 septembre 2009 - Spip 2 Le Retour

J’ai le plaisir de vous annoncer la mise à jour de notre interface Spip, qui passe en version 2. (...)

10 octobre 2008 - Inscription obligatoire pour les commentaires

Suite à une importante vague de spam sur les commentaires des articles, il est désormais (...)